Arrimer l’enquête en sol évanescent

Entretien avec Matthieu Duperrex

Matthieu Duperrex est philosophe, maître de conférences à l’École nationale d’architecture de Marseille, docteur en arts plastiques et directeur artistique du collectif Urbain, trop urbain. Au croisement de l’écocritique, de l’ethnographie et de l’enquête artistique, ses travaux portent notamment sur l’artificialisation des fleuves et des paysages et les interactions inter-spécifiques dans les « paysages sentinelles ». En 2019, il a publié l’ouvrage Voyages en sol incertain. Enquête dans les deltas du Rhône et du Mississippi aux éditions Wildproject. Dans ce portrait, il nous parle de ses enquêtes en Camargue et en Louisiane, de sa conception de l’art contemporain dans l’Anthropocène à travers la notion d’Arcadies altérées et de son approche écologique des infrastructures de la Modernité.

GM : Commençons par retracer l’histoire de ta recherche dans le delta du Mississippi. Qu’es-tu allé chercher là-bas au départ ?

MD : Ça a commencé par un séjour de recherche en Louisiane durant l’été 2015, pendant lequel je me suis installé à La Nouvelle-Orléans. C’était l’année anniversaire des dix ans de l’ouragan Katrina, et on avait annoncé tout un ensemble de commémorations. Moi, dans le cadre d’un projet artistique, j’essayais de comprendre comment une ville pouvait commémorer sa propre catastrophe. C’était pour moi une énigme. Évidemment, je ne m’attendais pas à ce que les commémorations officielles disent autre chose que « nous avons survécu et regardez cette énergie qu’il y a à La Nouvelle-Orléans ». Or, il faut savoir qu’en 2015 le maire était blanc, et que la ville avait été vidée d’une partie de sa population noire dont une grande partie avait migré au Texas, à Houston notamment, et n’avait pas les moyens de reconstruire et de revenir. Dans le même temps, l’ouragan Sandy avait frappé New York en 2012, et l’administration américaine s’était empressée d’allouer des millions de dollars de réparation si bien qu’au bout d’un an il ne restait quasiment plus rien des dégâts de Sandy, tandis qu’à La Nouvelle-Orléans, dix ans après Katrina, il en allait tout autrement. Donc ce premier décalage, en termes d’injustice environnementale, était assez frappant.

Bonnet Carré Spillway et Norco, Louisiane. Photo : Matthieu Duperrex, 2015.

Au-delà de ça, ce qui m’intéressait, c’était de comprendre comment cette ville arrivait à narrer la catastrophe non pas simplement sous l’angle de sa propre résilience et du fait qu’elle se soit relevée, mais aussi sous l’angle d’une vie avec Gaïa. Dans le cas de cette ville, Gaïa inclut les boucles de rétroaction du réchauffement climatique, mais aussi les rapports extrêmement problématiques aux industries carbonées qui sont tout le long du Mississippi et qui ont une forte responsabilité dans les déséquilibres que connaît le delta. Et ces déséquilibres se traduisent par l’érosion croissante du littoral, la salinisation des terres et la baisse de défense du coup contre la puissance des vagues submergeantes et les inondations provoquées par les ouragans, du fait de la disparition d’un littoral végétal qui amortit l’ouragan. Donc la question de ces déséquilibres et de la subsidence des sols sur laquelle ils débouchent était pour moi assez fondamentale pour comprendre ce qui se passait en Louisiane, et donc les relations au sol déjà qui font aujourd’hui le cœur du projet Still on the Map! m’ont pas mal intéressé.

GM : Il y a une expression que tu aimes bien, c’est les Arcadies altérées, que tu as reprise dans le titre de ta thèse.

MD : Oui, dans la grande tradition du pastoralisme, je veux conserver cette construction d’une utopie avec le motif virgilien des paysans qui se font rejeter pour des questions foncières par l’Empire romain, qui perdent leur terre — car c’est ça le point de départ des Géorgiques — et qui sont destinés à recouvrer un sol dans leur exil. Ce motif arcadien a traversé l’histoire de l’art, avec les fameux bergers en Arcadie du tableau de Poussin par exemple. Ce thème arcadien m’intéresse car je le relie à ce que décrit l’anthropologue américaine Anna Tsing quand elle parle de patchs d’Holocène qui sont en lutte contre l’Anthropocène, qui sont grignotées par l’Anthropocène mais qui résistent. Ces patchs géosociaux sont des trames de vie et de relations humains–non-humain, et pour moi, ce sont des Arcadies altérées parce qu’entamées dans leur destin utopique et altérées comme l’est le paysage de l’Anthropocène.

Terrebonne Bay, Louisiane. Photo : Matthieu Duperrex, 2015.

Il me semble qu’aujourd’hui, une voie pour l’art de l’écriture consiste à écrire, à produire des Arcadies altérées qui sont autant d’ilots ou d’archipels où l’on défend la trame intersubjective anthropologique de relations à quelque chose comme des patchs, quelque chose comme une nature. Donc le motif de l’Arcadie altérée est un motif prospectif de la création artistique qui fait fond sur une science de la mesure de ce qui nous arrive, avec ses appareillages de sensibilité — cette Gaïa 2.0 dont parle Latour. Un ensemble de choses qui sont là pour nous conduire à faire politique à partir de l’enquête. Donc l’enquête artistique débouche sur une politisation et sur une communauté des enquêteurs. Et où peuvent vivre ces enquêteurs ? Et bien c’est dans l’Arcadie altérée c’est là où ils font lieu, où ils font communauté, où ils redessinent du politique à partir de la question de l’Anthropocène. Tout ça recoupe d’autres motifs, comme le paysage « sentinelle » — pour reprendre le travail de Frédéric Keck sur les animaux sentinelles — le fait qu’on a des paysages bordures qui sont des paysages d’alerte, des paysages révélateurs de ce qui nous arrive. La Louisiane, pour moi, ça en fait partie, tout comme Fos-sur-Mer. Les grands deltas font partie de ces paysages sentinelles. Faire des Arcadies altérées, c’est faire des systèmes d’alerte, devenir lanceurs d’alerte et politiser la question du paysage.

GM : Mon premier contact avec l’expression Arcadies altérées m’a fait penser à la notion de perturbation en écologie, qui implique de penser l’écosystème comme quelque chose qui pourrait suivre une trajectoire linéaire s’il n’était « perturbé » par tel ou tel événement. Je me suis demandé si l’Arcadie avait été là, à un moment, avant d’être altérée.

MD : Il ne s’agit pas forcément de dire que l’Arcadie était un état antérieur qui se serait dégradé. Il s’agit plutôt de poser l’Arcadie altérée comme lieu d’énonciation d’une triple esthétique dans les rapports arts sciences puis dans la question politique et démocratique que posait Dewey à propos de l’enquête : comment se pose la question démocratique, en quel lieu ? En bon Latourien, pour répondre à la question générale de l’esthétique de l’Anthropocène que je posais dans ma thèse, j’étais parti sur la question des trois esthétiques : l’esthétique des instruments — donc la façon dont l’instrumentation produit des esthétiques — l’esthétique du beau, et puis la question de la sensibilité, de comment on se rend sensible à des choses qui sont essentiellement des phénomènes statistiques et dont la dimension empirique est évanescente. Donc, le motif de l’Arcadie altérée, c’est pour moi une construction esthétique qui me semble à même de répondre à la question de comment on rend compte de l’Anthropocène dans le langage de l’art. Ça pose la question de comment former une topologie de l’Anthropocène. C’est comme ça, dans ma thèse, que j’articule les choses.

GM : En plus de ta thèse et de tes publications académiques, ces enquêtes sur les paysages de l’anthropocène ont débouché sur des productions artistiques. Qu’est-ce que tu as choisi de faire avec ce matériau très riche ?

MD : Initialement moi je voulais faire un reportage, une sorte de documentaire sur ces problématiques, mais il en est ressorti une installation vidéo, un diptyque comportant un film de 16 minutes, qui s’intitule In Wildness is the Preservation of the World — la phrase est de Thoreau. J’ai présenté cette installation au Collège de France lors du colloque Anthropocène qui précédait la COP 21. D’un côté du diptyque je mets en scène le paysage longitudinal du bas Mississippi, avec ses raffineries et les digues qui contiennent le Mississippi et avec une image récurrente dans laquelle progressivement on voit apparaître quelqu’un, habillé en rougarou, le loup-garou des bayous, qui court le long de Bonnet Carré spillway qui est une des infrastructures majeures en amont de La Nouvelle-Orléans. Et sur l’autre tableau apparaît uniquement la manifestation de second lines lors de l’anniversaire de Katrina, donc la journée de protestation contre le réchauffement climatique notamment, où pas mal de communautés ont défilé. Donc il y avait Black Lives Matter, il y avait le Sierra Club, il y avait Indigenous Rising, le collectif amérindien travaillant sur les luttes climatiques, et puis un certain nombre d’habitants qui disaient « Still on the Map! » : on est toujours là ! L’écran de droite de In Wildness montrait la second line protestataire, cette convergence de mouvements qui se termine par une sorte de bacchanale nocturne où tout le monde picole et danse et tout cela dit la Wildness, dit où est ce monde sauvage aujourd’hui. Voilà, c’est la façon dont j’ai synthétisé, finalement, ce premier séjour en Louisiane. 

GM : Dans In Wildness tu te demandes ce qu’aurait donné Walden s’il avait été écrit non pas à Walden mais dans le delta du Mississippi. Ça donne quoi ? Tu vas aussi rechercher ce motif du rapport à la nature du transcendantalisme, de Thoreau, qui voit la nature comme une force extérieure à l’homme qui pèse sur lui. C’est assez différent d’approches plus constructivistes que tu mobilises par ailleurs.

MD : Thoreau c’est pas si essentiel pour moi et je me suis souvent ennuyé à la lire. Je lui fais un clin d’œil à un moment dans Voyages en sol incertain où je dis que si je me faisais un cabanon il serait peut-être au Tonkin, à côté de Fos-sur-Mer et de la Plaine de Crau, qui est tellement riche en écosystèmes, où les chasseurs continuent de penser qu’ils sont dans un pays de cocagne, un peu comme en Louisiane, ce « sportsman paradise ». J’y ai un peu retrouvé cette idée-là. Ce qui m’intéresse chez les transcendantalistes américains, dans leur idée de wilderness, c’est comment ce motif a été exploité par la modernité américaine, qui en a fait deux choses, deux opérations de marketing : d’abord, cette imagerie a joué comme motif public d’adhésion à quelque chose comme une nature vierge dans le processus de colonisation du continent ; puis, plus tard, ce motif de la frontière a joué comme mythologie utilisée par l’administration américaine vis-à-vis du pétrole et du gaz. Donc quand récemment l’administration Trump a parlé de Freedom Molecules en parlant des hydrocarbures, on est toujours dans ce motif récurrent de frontière à repousser, qui accompagne le thème de la wilderness, des grands parcs américains. Tout ça fonctionne toujours, c’est un petit peu la psychopathologie américaine.

GM : Pourtant l’héritage du transcendantalisme reste très présent aussi du côté d’auteurs qui critiquent ces formes d’exploitation…

MD : Oui, pour moi, du côté de ce qu’on appelle l’écocritique, dans la manière dont la littérature prend en charge aujourd’hui la question de la nature, on trouve encore une domination de cette fibre transcendantaliste. Quand on lit quelqu’un comme Rick Bass, on ne trouve pas une grande différence vis-à-vis de ses aînés. On retrouve l’écriture d’une nature sauvage avec laquelle on va reconnecter. Pourtant, comme il l’écrit à un moment donné dans Winter, Rick Bass peut s’isoler là où il le fait parce qu’il a des parts dans un puits de pétrole au Texas ! Je trouve sidérant que dans les colloques d’écocritique, où cette écriture de la wildness reste très présente et idéalisée, on ne prenne pas la peine de s’interroger sur la « panne de monde » d’où cette écriture procède.

GM : Un autre motif qui parcourt tes recherches est celui de l’instabilité du monde. Voyages en sol incertain, par exemple, rappelle le travail d’auteurs comme Nigel Clark qui, dans Inhuman Nature, questionne la manière dont la philosophie occidentale (il prend l’exemple de Kant et Husserl) a eu besoin de postuler que le sol était quelque chose de stable, une base inquestionable sur laquelle bâtir un système philosophique.

MD : Avec Voyages en sol incertain, la proposition c’est prendre d’un point de vue subjectif cette question de l’enquête et de placer le narrateur dans un environnement instable et qui est ici un sol instable, dans un effort de compréhension de ce que veut dire qu’il n’y a plus de certitudes du sol. En regard de la métaphysique occidentale, cette question est une grande affaire puisque c’est toujours la question du sol sur lequel on « fonde ». Le cogito cartésien repose par exemple sur ce sol ferme, et cette métaphore de la substance, du sujet et du sol est constante dans l’histoire de la philosophie occidentale. Prise du point de vue littéraire, elle me permet d’apprécier la faille du sujet moderne par rapport au dérobement du sol, par rapport au fait que tout cela devient assez incertain, d’autant que la modernité est un mouvement d’invisibilisation de ces conditions pédologiques ou sédimentaires. On n’a de cesse d’invisibiliser le fait que nous sommes des « techniciens de surface » et que nous avons recours de façon majeure aux sédiments, et notamment aux sédiments carbonés. Donc voilà, Voyages en sol incertain, c’est cette histoire-là qui prend pied sur deux territoires d’enquête, puisque je pose cette équation entre les deltas du Rhône et du Mississippi.

GM : Puisque tu parles de tes terrains d’enquête, comment peut-on identifier des lieux où ces rapports deviennent visibles ? Comment repérer ces poches d’Holocène résistantes dont tu parlais ?

MD : Eh bien, ça nous amène à la question des différents terrains que l’on va pouvoir mener dans la recherche Still on the Map! Comme on est quand même dans un format de terrain extrêmement court, qui donc a ses limites, on doit insister sur le caractère extrêmement expérimental de la démarche. L’idée est de parcourir différents états de ce sol qui se dérobe et qui sont toujours des états hydro-sociaux définis en ce qu’il y a une communauté qui est choisie à chaque fois dans sa relation à un des états du delta du Mississippi, un des états ou écosystème en bascule, en ce sens que dans les différents trajets qu’a pu parcourir le panache du Mississippi pour créer son delta dans les dix mille ans qui précèdent notre époque, il y a des héritages assez différents et donc des portions de territoire dans ce delta qui témoignent de rapports au sol différents (de petites « géohistoires » en quelque sorte). Et ce qu’on va essayer de faire collectivement, c’est de voir comment, dans cette région du bas Mississippi, certaines communautés de pêcheurs, certaines communautés cajun, certaines communautés noires ou native amérindiennes font face de manière différente face à des configurations d’altération de leur sol et de leur système hydro-social.

Donc c’est la question de la diversité des modes d’action qui sont utilisés soit pour contrer les effets du désordre écologique, soit tout simplement pour continuer de vivre sur ce sol avec les contingences croissantes des dégâts écologiques. Et de ce point de vue il y a diverses stratégies : il y a des stratégies de restauration de sol qui donnent lieu à des master-plans hautement financés, avec les programmes de diversions sédimentaires. Puis il y a évidemment le jeu des digues de protection et des écluses anti sel, toute cette infrastructure extrêmement complexe qui quadrille toute une partie du bas Mississippi. Il y a aussi les adaptations architecturales, très courantes dans les endroits sacrifiés du point de vue de la disparition des sols, comme les maisons sur pilotis, ou bien les récifs d’huîtres qu’utilisent certains pêcheurs pour essayer de consolider leurs berges. Donc il y a tout un ensemble de stratégies à la rencontre desquelles on va aller, mais aussi tout un ensemble de récits de ces territoires hydro sociaux à travers lesquels ces communautés entreprennent de comprendre ce qui leur arrive en l’espace de quelques générations depuis les années 1930. Voilà l’idée sous-jacente de Still on the Map!, qui est de comprendre comment les communautés réagissent au sol qui s’effrite, s’érode et se dérobe.

Impressions de Camargue [2] – Chemins de nulle part

Dans le cadre de la préparation d’un voyage d’étude collectif en Louisiane qui s’intéressera à la sensibilité à l’environnement en contexte de disparition du sol, Jean-Paul Thibaud nous livre une série de libres impressions sur la Camargue, autre territoire qui s’enfonce inexorablement dans la mer. Dans ce second billet, il nous parle de chemins le long desquels, tel un film, défile le paysage.

Chemins de nulle part. En les parcourant à pied ou à vélo. Paysage qui défile à un rythme lent au gré des chemins de terre et des sentiers battus, des pistes de sable. Chemins improbables dont on ne sait où ils mènent, et s’ils mènent d’ailleurs quelque part. Sans doute le savent parfaitement les habitants.

Photo : Jean-Paul Thibaud 2020

Lignes de fuite. Quand un point vient fixer le regard, au loin. Quand des directions se rencontrent à l’horizon. Marcher à n’en plus finir d’un espace sans mesure. Lignes droites. Toutes droites. Avec l’eau de part et d’autre, en accompagnement d’un pas après l’autre. Ou d’une roue qui continue de tourner. Encore et encore. Longueur infinie se déroulant en cycles circulaires ou en foulées alternées.

Photo : Jean-Paul Thibaud 2020

Défilement imperceptible. Traversée au ralenti. Buissons qui tiennent lieu de compagnies et tracent la route à suivre. Guide silencieux d’une végétation minimale. Bordures herbes et broussailles. Avancée dans un univers immobile. À peine sensible au souffle du vent et au frémissement de l’herbe. Si loin du monde. Corps en mouvement et paysage au repos. Où l’immensité du ciel et l’infinité du chemin rencontrent le gravier sous les pieds et la poussière à peine déplacée.

Photo : Jean-Paul Thibaud 2020

Et le sol se transforme, change d’allure et de texture. Matières différentes. Meuble parfois, tassé autrement, gravillon encore, boue occasionnelle. Couleurs modulées, d’un jaune ambre à un gris basalte. Sable qui revient et ponctue le voyage. Ralentissement. Séquence ensablée. Enfoncée dans un sol mouvant faisant trace et absorbant le son de pas. Lourdeur du corps. Ensablement. Douceur des sons. Puis nouveau départ avec un sol bienveillant. Tonicité retrouvée.

Effort modulé. Résistance accrue le temps d’un passage. Marche contrariée ou descente de vélo. De l’avant malgré tout. Variation d’allures d’un corps plus ou moins soutenu, empêché, enfoncé.


Autres billets dans cette série :

Impressions de Camargue [1] – Au grand air

Impressions de Camargue [3] —L’eau de toutes parts

Impressions de Camargue [4] — Peuplements d’un milieu ambiant

Impressions de Camargue [5] – Sensibilité à demi-mot

Impressions de Camargue [1] – Au grand air

Dans le cadre de la préparation d’un voyage d’étude collectif en Louisiane qui s’intéressera à la sensibilité à l’environnement en contexte de disparition du sol, Jean-Paul Thibaud nous livre le premier billet d’une série de libres impressions sur la Camargue, autre territoire qui s’enfonce inexorablement dans la mer. Dans ce premier billet, une balade aux Saintes-Maries-de-la-Mer sous un ciel d’automne 2020 se transforme en une expérience enchantée d’un monde de plénitude.

Photo : Jean-Paul Thibaud, 2020

Au grand air. De l’air, de l’air à perte de vue, à respirer à plein poumon, à effleurer la peau d’un souffle frais. Quand un ciel immense s’ouvre à tout jamais, où des nuages lointains cotonnent dans une légèreté suspendue. Espace. Vaste sentiment d’un espace infini donnant la mesure de la Terre et du Ciel. Là où la mer rencontre le ciel et où le ciel salue la terre.

Photo : Jean-Paul Thibaud, 2020

Percepts surfaciques. Grands plans s’étendant de toutes parts et composant une ligne d’horizon délimitant le haut et le bas, l’ancrage au sol et l’envol aérien. Horizontal. Surface plane sans accroche ou repère, sans direction ou orientation. Espace lisse découvert au gré du vent. Ouvert à tout va. Corps exposé à la fraîcheur d’automne, au souffle ténu du vent, à la luminosité éblouissante du soleil, aux chants d’oiseaux en vol. Air encore. Partout. Tout autour. A plein poumon. Souffle du vent dans les oreilles et chants d’oiseaux par intermittence. Immensité d’un monde ici-bas, ciel incommensurable tout autant.

Photo : Jean-Paul Thibaud, 2020

Sentiment océanique. Quand l’univers tout entier est ici, dans ce point singulier de l’espace et du temps. Et le soleil aussi, quand il fait son apparition et éblouit la mer de son éclat. Trouée d’une folle luminosité composée de mille scintillements dorés faisant signe en silence dans cette étendue élémentaire. Ou bien simple reflet passager qui transforme la mer en un formidable miroir des aventures nuageuses. Ouverture à une sensibilité des éléments et des immensités, des respirations profondes et des visions lointaines, des vibrations atmosphériques et des sonorités imperceptibles. 


Autres billets dans cette série :

Impressions de Camargue [2] – Chemins de nulle part

Impressions de Camargue [3] —L’eau de toutes parts

Impressions de Camargue [4] — Peuplements d’un milieu ambiant

Impressions de Camargue [5] – Sensibilité à demi-mot

L’affaire de l’aqueduc de la Reine Pédauque

Par Nicolas Tixier et Didier Tallagrand

Création visuelle : Didier Tallagrand
Création visuelle : Didier Tallagrand

Pour incarner et mettre en discussion les propositions esquissées dans le billet « Le quotidien en projet et les modes d’existence », on s’appuiera sur un projet que nous avons développé : « L’affaire de l’aqueduc de la Reine Pédauque ». Une histoire de sol et d’eau, matérielle et fictionnelle, qui donne à convoquer les modes d’existence d’Etienne Souriau pour la continuer aujourd’hui. Ce projet situé au Mirail à Toulouse (France) a été développé en 2014 et 2015 dans le cadre du collectif BazarUrbain sous la direction de Toulouse Métropole et de la Ville de Toulouse grâce à la complicité de Pierre Pisani, archéologue, et de David Coirier, chargé de mission sur les enjeux sociaux du renouvellement urbain. Un site dédié a été développé par Jérémie Bancilhon pour rendre compte de façon interactive et graphique du transect réalisé et des données recueillies.


Le Mirail est un grand secteur urbain constitué de trois quartiers s’étirant du Sud au Nord : Bellefontaine, Reynerie et Mirail Université. Il a été créé entièrement au début des années 1970 par les architectes Georges Candilis, Alexis Josic et Shadrach Woods. Ce quartier, de plus de 20 000 habitants, est aujourd’hui controversé comme le sont de nombreux quartiers issus de la modernité des années 60-70. Sa rénovation autant que son évolution passent par une réhabilitation de son histoire. Cela concerne en premier lieu son histoire récente, utopie concrète de sa modernité architecturale et urbaine. Cela concerne aussi son histoire sociale avec l’invention, pour partie déçue, d’une vie nouvelle accompagnant cette urbanité ouverte à tous. Mais cela concerne, et c’est une histoire souvent oubliée, aussi une histoire plus ancienne et plus ancrée dans sa géographie (pente et eau) et dans ses caractéristiques naturelles (faune et flore), à savoir une histoire du sol.

Tout a démarré lorsqu’en 2013, le projet de rénovation d’un parc appelé le Petit Bois à Bellefontaine a remis en actualité la présence souterraine d’un aqueduc romain : l’aqueduc dit « de la Reine Pédauque ». Voici comment le présente Michel Boulcourt, paysagiste chargé de donner un avis sur le projet du Petit Bois : « On ne peut pas oublier l’aqueduc romain dont l’origine remonte à la fin du premier et au début du deuxième siècle apr. J.-C. : quelques (dernières) traces sont présentes sur le site. Long d’environ huit kilomètres, il fut le dernier et le plus important des deux aqueducs construits pour alimenter la cité gallo-romaine en eau vive. Il comprenait deux sections. L’une, de Monlong à la Cépière, captait les sources et amenait par un canal souterrain (ou specus) les eaux jusqu’au château (castelum). L’autre, de la Cépière à la cité, passait sur des arches pour franchir les terres basses de Saint-Cyprien. L’aqueduc fournissait environ 12 500 m3 par jour, soit environ 500 à 600 litres quotidiens par personne… (un volume largement supérieur aux besoins actuels). » Cette histoire d’aqueduc était relativement oubliée de tous à ce moment. La raison première est que cet aqueduc est… invisible : il est soit enterré dans sa partie la plus au Sud, soit détruit dans sa partie la plus au Nord, là où il était aérien avec 517 arches et finissait par enjamber la Garonne. Mais en regardant de plus près, avec quelques recherches et en explorant les lieux, on découvre que la ligne de son tracé perdure, qu’elle reste parcourable à plus de 90% et que tout du long nous trouvons des traces et des indices qui témoignent de son existence sous différents modes.

Tracé de l’aqueduc (bleu clair) et du parcours possible (orange)

Comment alors faire exister aujourd’hui cette ligne, tant dans l’imaginaire collectif que par des pratiques inédites ? Comment travailler les modes d’existence de cette ligne afin de lui permettre d’avoir un tracé demain qui soit conforté et de lui donner des devenirs possibles par des usages renouvelés ? Comment sustenter cet imaginaire fictionnel originel et comment lui redonner un potentiel sensible de découverte ordinaire autant qu’extraordinaire ? Pour mettre en récit et en projet cette ligne, nous avons réalisé un ensemble d’ateliers contributifs en plus d’une collecte d’archives : un parcours commenté collectif avec des experts des différents lieux traversés (archéologues, urbanistes, sociologues, spécialistes des mobilités douces, etc.), une randonnée vélo à la recherche de l’itinéraire possible organisée un dimanche matin avec plus de 80 participants venant de toute la métropole toulousaine, une table longue contributive pour récolter récits, perceptions et éléments de projets suite à l’itinéraire vélo et enfin un atelier regroupant les acteurs institutionnels concernés pour mettre en discussion une première synthèse et déployer les possibilités de projet à différentes échelles et selon différentes temporalités. Enfin cet itinéraire existe aujourd’hui par un site internet qui raconte graphiquement cette histoire en cinq épisodes qui reprennent les éléments des différents ateliers précédents. Cela nous a permis de développer quatre potentiels narratifs autant que projectuels, comme autant d’affaires à éclaircir autant qu’à épaissir :

Une affaire mythologique : où comment la légende d’une reine wisigothe aux pieds palmés vient donner son nom à un ensemble hydraulique romain élaboré au début du IIIe siècle, laquelle reine, dans son palais, possédait une salle dite « bains de la reine » directement approvisionnée en eau par un aqueduc. Et comment demain cette histoire de reine et d’eau peut continuer à s’incarner ?

Une affaire hydraulique : où comment l’eau, cet élément vital et multisensoriel, resurgit encore aujourd’hui tout au long du tracé de l’aqueduc. Fontaines, lacs, fossé mère, canaux, et griffons… issus des sources encore en activité́ révèlent une présence souterraine qui, en surface, apparaît par endroit dans une coulée verte végétale. La révélation de cet aqueduc, comme un fil ténu, mais bien réel, offre au Mirail l’occasion de renouer avec son histoire ancienne, avec son passé de lieu-dit rural et de plaine maraîchère, bien antérieur à sa construction en tant que nouveau quartier.

Une affaire métropolitaine : où comment le vélo peut ici s’assimiler à l’élément liquide de demain. Plus qu’une balade, il s’agirait de proposer une traversée efficace, quand aucun tracé aujourd’hui ne permet d’aller simplement du Mirail au centre-ville à vélo, en prenant appui sur le tracé originel de l’aqueduc. La piste cyclable pourra jouer avec l’existant, composera avec des tronçons déjà praticables. Elle proposera un point de vue inédit sur la ville, une coupe de celle-ci, un transect. À qui la pratiquera, la ligne de l’aqueduc, franche et directe, offrira une nouvelle perspective de lecture de la ville de Toulouse, presque littérale, par le franchissement de ses couronnes successives et un passage au milieu de ses urbanités.

Une affaire paysagère avec pratiques quotidiennes : où comment les trois parcs du Mirail (Bellefontaine, Reynerie, Mirail Université) qui font la fierté des habitants sont reliés plus clairement entre eux et offrent des parcours pour le quotidien comme pour la promenade le long de cette margelle de la Garonne où s’ancrait l’aqueduc. Une ligne active où peuvent se connecter ou se déployer mille et une propositions : dans la valorisation de l’existant autant que dans l’introduction de nouveautés, dans l’ordinaire quotidien autant que dans l’extraordinaire éphémère.

Pour Didier Tallagrand, artiste avec qui s’est élaboré ce projet, « Ici, il s’agit de voir un aqueduc comme une forme qui se retient, qui ne s’exprime pas, qui se contient au-delà de sa fonction première : le transport de l’eau. D’un point haut vers un point bas : juste l’écoulement du liquide. La forme de l’ouvrage vient en addition comme un rythme, une certaine qualité d’espacement dans le paysage. Un espace des sentiments qui occupe notre perception et fraye la voie de la spatialité dans un retour sur le temps et l’écoulement.

À Toulouse, il n’y a plus d’aqueduc. C’est-à-dire qu’il est insignifiant. Ce n’est pas rien, pas négligeable. Ce n’est pas non plus une ruine. On ne peut le re-fabriquer ou le reconstruire. Il faut suivre les indices, les symptômes de l’assomption de la canalisation. Et enclencher le travail de la raison qui vient poser ses repères en mesures, sans qualification de la mesure.

La forme est devenue seconde. Pas secondaire, pas après ou ensuite, mais juste comme une conscience qui éveille à l’expérience de la chose : à l’avenir. À trouver ce qui manque. La ligne. L’écoulement possible. Et composer avec.

Dans cette situation on s’accorde, ou on admet que l’artiste doit se préparer à dépasser les apparences, à savoir ce qui convient d’apprécier à la lumière des savoirs, de la raison et de certaines questions de l’espace. La conscience attentive de l’artiste s’ouvre à la capacité d’affecter et d’être affectée. Être étonné dans un milieu qui semble fonctionner sans formes.

Mais dans la vigilance d’une représentation, l’artiste n’est pas serviable dans ces milieux à faibles sollicitations. Il est désoccupé et n’enclenche pas le désir. Sans le sujet qui perçoit, les ambiances ne seraient rien. La veille du « sujet » artiste se lève pourtant dans cet espacement. Cet écart qui frappe la voix des idées et embraye sur une relation qui recoud l’intelligible et le sensible. Entre la forme et l’espace, comme une conscience attentive, une expression poétique dans le temps.

Ici à Toulouse, le paysage se dissout, le regard se détache comme un accès vers le merveilleux, au-delà de la mélodie qui satisfait les attentes. Vers l’au-delà des formes manquantes. Ce n’est pas la construction d’une caisse à violon dans le dos du monde, mais l’écoulement de l’eau maintenant. Peut-être faut-il penser comme des sous-sols, en ramassant des points de réel, entre le début et la fin. De la source à la fontaine : deux situations de bascule et ensuite tirer droit. Traverser dans un étonnement, dans la durée, comme des pas qui séparent et font résonner du dessous l’aqueduc disparu.

Un rythme, une distraction en ajout comme suppléants de l’architecture : « Le petit tunnel que l’on traverse est-il la conduite de l’aqueduc ? » raconte un habitant. Produire un éclat dans le processus, juste faire un trou dans le temps et l’espace, une trouée pour rien. Un éclat de lumière et construire le lieu de l’eau qui chemine dans le récit et l’espace, peut-être comme une fiction. »

Le quotidien en projet et les modes d’existence

Il est des livres qui vous aident à penser et à agir. L’ouvrage de David Lapoujade sur « Les existences moindres » est de ceux-là. Après Isabelle Stengers et Bruno Latour (2009), il revisite « Les différents modes d’existence » d’Etienne Sourriau (1943) au prisme à la fois du pragmatisme dont il est un spécialiste et de l’échappée vers la fiction. Cette lecture, conseillée par Jean-Paul Thibaud, me permet d’esquisser une échappée au quelque peu manichéen couple analyse / projet pour tisser des narrations volontaires entre héritages et fictions pour tout territoire de l’habiter.[1]


L’habiter se fabrique de multiples façons. Voir et dire ces fabriques reste un des enjeux majeurs pour comprendre ce qui fait patrimoine dans les usages, mais aussi dans les capacités d’un lieu à se renouveler[2] tout en gardant ce qui le rend singulier et dont l’ambiance est un catalyseur autant qu’un révélateur.

Le voir et le dire renvoient pour partie à la figure du témoin et de l’avocat où, selon David Lapoujade, philosophe spécialiste du pragmatisme, « percevoir, ce n’est pas simplement appréhender le perçu, c’est vouloir témoigner ou attester de sa valeur. Le témoin n’est jamais neutre ou impartial. Lui incombe la responsabilité de faire voir ce qu’il a eu le privilège de voir, sentir ou penser. Le voilà qui devient créateur. De sujet percevant (voir), il devient sujet créateur (faire voir). Mais c’est parce que, derrière le témoin, se profile un autre personnage, celui de l’avocat. C’est lui qui fait comparaître, qui fait que toute création devient un plaidoyer en faveur des existences qu’elle fait apparaître, ou plutôt comparaître » (Lapoujade, 2017, p. 19). Outre de rendre-compte, cela engage potentiellement à plaider pour ces modes d’existence que David Lapoujade nomme moindres, car n’occupant pas toujours une place légitime au sein de nos sociétés contemporaines. Le voir, c’est parfois aussi juste l’apercevoir qui nécessite d’être attentif à ce qui se fabrique discrètement.  Le dire, c’est parfois aussi le difficilement énonçable, voire l’indicible par une parole que l’on rendrait publique, ou même par l’usage des mots tout simplement. Il faut être attentif, présent et trouver d’autres moyens pour rendre compte de cette part sensible ou trouver des dispositifs pour partager l’expérience.

David Lapoujade, en relisant les travaux du philosophe Étienne Souriau (1943), nous propose de regarder ces types d’existence selon quatre univers :

  • le monde des phénomènes, où l’art d’apparaître et de disparaître. Souriau donne comme exemples un nuage rose dans le ciel, une branche d’arbre remué par le vent, la ligne de crête d’une montagne illuminé par le soleil couchant, etc.
  • le cosmos des choses, ou l’art de se maintenir. Souriau donne comme exemples le triangle équilatéral, une sonate de Schubert, les pyramides d’Égypte, Socrate, un atome, etc.
  • le royaume des fictions, ou l’art de se sustenter. Souriau donne comme exemples des êtres de fiction qui existent par notre sollicitude : Don Quichotte, Swann, etc.
  • la nuée des virtuels, ou l’art d’être inachevées. Souriau donne comme exemple l’arche du pont cassé ou commencé qui dessine virtuellement la retombée qui lui manque.

Il y a dans cette proposition un champ d’exploration relativement inédit pour travailler ce qui fait patrimoine et s’incarne dans des ambiances, mais aussi pour imaginer des devenirs pour les lieux de l’habiter en partant des trajectoires narratives, des usages, des gestes et des configurations spatiales. Cela dessine en creux une perspective très stimulante d’articulation du voir, du dire et aussi du faire, pour qui travaille sur les évolutions d’un lieu, afin de donner un droit à exister à ces existences moindres et à leurs possibles devenirs. On peut alors s’interroger pour chaque situation d’habiter de « par quels gestes instaurateurs les existences parviennent à se poser légitimement ? ». Mais s’il faut repérer ces modes d’existence, paradoxalement, il faut parfois ne pas trop les exposer au risque de les voir disparaitre[3] (Zaoui, 2013).

Construire les temps et les espaces de l’énonciation de ces modes d’existence oblige souvent à se poser des questions de « traduction » pour qui travaille sur les ambiances. Il faut créer les conditions de lecture et de compréhension entre les « langues » et les modes de représentation des différents acteurs, des différentes disciplines. On peut tenter pour cela de mettre en place des dispositifs qui sont, comme le dit Paul Ricœur (2004), accueillants au langage de l’autre, offrir une « hospitalité langagière », et arranger la matière pour pouvoir la passer, la faire dialoguer avec d’autres matières. Ce rôle de tiers se doit d’être un désir et non une obligation, nous dit encore Ricœur, afin de travailler à « l’élargissement de sa propre langue ». On en appelle alors souvent au récit et parfois à la fiction, sous de multiples formes et formats qui ont tout pouvoir d’énonciation et de partage : texte, film, photo, son, performance, installation, etc., mais aussi reconduction d’expérience[4].

Habiter tisse en chaque lieu un patrimoine d’usages qui se détecte dans les formes de présences, de gestes, de récits, de continuités, d’évolutions, mais aussi de disparitions. Ce patrimoine se lit aussi au quotidien, par des temps récursifs et cycliques, dans des temporalités imbriquées. Il se lit encore au travers des traces, des signes et des stigmates, tant physiques que mémoriels, qui comme des strates composent notre perception de toute situation, dessinent des héritages et ouvrent à des fictions. Prendre soin de ces héritages et les ouvrir à des suites possibles, c’est se dégager des enjeux uniquement programmatiques pour travailler des relations de dialogue entre ces trois modes, du voir, du dire et du faire, qui tous, relèvent de la chose publique autant qu’ils agissent dessus avec leurs propres dimensions performatives. « Chose publique » que l’on entendra ici non comme une chose définie une fois pour toutes, « mais comme une composition, théâtre de l’action autant que comme société » (Joseph, 1998, p. 6). Il s’agit, à toutes les échelles de l’habiter, d’accepter et de mettre en dialogue les matériaux de cette chose publique qui, par nature, est constituée d’une pluralité de points de vue, comme autant de perspectives engagées, comme autant de fictions sur le réel, ouvrant à des récits publics et collectifs. Ces histoires, dont les formes sont elles aussi plurielles, sont autant celles que l’on se raconte individuellement, que celles plus collectives que le temps a rendues publiques et pour partie fictionnalisées. On rejoint volontiers ici les propositions de l’écrivain Camille de Toledo (2016) qui plaide, avec d’autres, pour élaborer collectivement une pensée des temps ouverts, des temps potentiels pour lutter contre une réalité de la finitude et de la mélancolie. Un principe d’expansion à toute chose et à toutes les échelles en cherchant les modes d’existence déjà à l’œuvre, potentiellement, dans notre présent pour en faire des fictions de droit. Pour Camille de Toledo (2016, p. 238),

Les fictions, au XXIe siècle, ne sont plus des adjonctions au réel. Les multiples strates de fiction sont, aussi sûrement que les strates géologiques d’une falaise forment la falaise, ce qui compose le “réel”. Il n’y a pas de réel face ou à côté d’un fictionnel. Nous oscillons entre des fictions qui nous sédimentent et font de nous des agrégats d’histoires, de croyances, de récits, à l’intérieur desquels nous naissons, nous mourons.

Pour chaque situation architecturale, urbaine ou territoriale étudiée, il y a inévitablement le prélèvement de certaines matières et histoires au détriment d’autres pour faire récits et projets. Ici, l’héritage est à voir d’abord comme un emprunt pour construire une filiation, un prolongement, une fiction où cette dernière n’est pas tant construite sur ce dont on hérite (passivement) que sur ce que l’on se choisit comme héritage (volontairement). Il s’agit de construire patiemment et méthodiquement des fils narratifs d’une situation donnée. Des fils qui tissent une lecture singulière et populaire, car touchant au quotidien de tous. Des fils rétro-prospectifs qui, comme des strates, composent notre perception, dessinent des héritages et ouvrent à des fictions de droit[5]. Des fils qui tissent un palimpseste d’ambiances pour tout lieu habité.

Être témoin de ces moindres choses. Être avocat de leurs modes d’existence. Être écrivain de leurs devenirs, voici trois actions, comme autant de missions, qui peuvent changer les regards, engager des pratiques et donner corps à une valeur d’usage autant que de renouvellement pour tout patrimoine discret de l’habiter à qui veut prêter attention à ses ambiances.

Voir aussi le billet “L’affaire de l’aqueduc de la Reine Pédauque” par Nicolas Tixier et Didier Tallagrand, qui incarne et met en discussion les propositions esquissées ici en s’appuyant sur l’exemple d’un projet de rénovation urbaine mené par l’auteur.


[1] Ce billet est pour partie issu de l’article : N. Tixier, « Heritage / Fiction. For a retro-prospective of dwelling-in-ambiances », in D. Masson (dir.), Ambiances, Alloaesthesia, actes du 4e Congrès international ambiances, en ligne, 2020, pp. 290-295.

[2] L’architecte et chercheur Pascal Amphoux, dans un texte non encore publié, propose trois valeurs pour faire patrimoine, une valeur historique, une valeur d’usage et une valeur de renouvellement.

[3] Cf. les travaux de Pierre Zaoui sur la discrétion, où « l’expérience d’un temps modeste qui se suffit à lui-même », où « l’on glisse subrepticement des êtres et des choses vers les relations qu’ils produisent » et où « s’ouvre sous son apparence placide, retirée, apolitique, un rapport nouveau avec la politique ».

[4] On entendra l’idée de « reconduction d’expérience » comme une double opération (avec ou sans protocole) qui consiste tout simplement :

  • à revenir sur un lieu donné, seul ou en y amenant d’autrespersonnes, pour continuer à éprouver quelque chose de ses ambiances.
  • à décrire ou faire décrire à nouveau le lieu (par le texte, la photo, le son, la vidéo, etc.) pour continuer à en énoncer quelque chose de ses ambiances.

Les expériences de reconduction se retrouvent le plus souvent à la croisée des pratiques scientifiques et des pratiques artistiques. Deux exemples emblématiques : l’écrivain Georges Perec et son projet Lieux et le photographe Camilo Vergara et son travail sur le devenir de New York (Tixier, 2017, pp. 273-283).

[5] Le biologiste et urbaniste écossais Patrick Geddes (1854-1932) est sans doute un des premiers à penser le territoire comme cela. Il lit les époques révolues comme celle à venir dans les traces des organisations physiques, sensibles et sociales du présent. Chez Geddes, les tracés qu’ils soient urbains, naturels, sociaux, etc., constituent autant l’histoire d’un lieu et son mode de description que son devenir et son mode de projection (Torres, Chaudier, Tixier, 2016).


Références

De Toledo, Camille, Imhoff, Aliocha, Quirós, Kantuta. Les potentiels du temps. Art et politique. Paris : Manuella Ed., 2016.

Joseph, Isaac, La ville sans qualité, Paris : Éd. de l’Aube, 1998,

Lapoujade, David. Les existences moindres. Paris : Les Éditions de Minuit, 2017.

Ricœur, Paul. Sur la traduction. Paris : Ed. Bayard, 2004.

Souriau, Étienne. Les différents modes d’existence. Paris : PUF, 1943. (Réédition préfacée par Bruno Latour et Isabelle Stengers en 2009 aux PUF)

Tixier, Nicolas. Le quotidien en projets : Parcours, coupes, travellings et autres transects. Habilitation à diriger des recherches, Grenoble : UGA, ENSAG, AAU_Cresson, 2017. ⟨tel-01672065⟩.

Torres Astaburuaga, Adrián, Chaudier, Éva, Tixier, Nicolas. « Mémoire du futur, from old roots to new shoots. Patrick Geddes in India (1914-1924) ». In Espaces et sociétés, n°167, 2016, pp. 99-120.

Zaoui, Pierre. La discrétion. Ou l’art de disparaître. Paris : Ed. Autrement, 2013.