En descendant Cancer Alley

À propos du livre de Richard Misrach et Kate Orff, Petrochemical America, New York, Aperture, 2012

Le livre Petrochemical America est découpé en deux parties : « Cancer Alley », qui comporte 49 photographies de Richard Misrach (né en 1949) – qui ont pour l’essentiel été prises en 1998 –, et « Ecological Atlas », qui comporte huit sections d’études écologiques et paysagères réalisées par l’architecte paysagiste américaine Kate Orff (née en 1971), fondatrice de l’agence SCAPE.Cet atlas écologique et paysager fait mieux que compléter la série photographique de Misrach : il en propose surtout un développement graphique inventif et informé.

Chaque image de Misrach est d’une grande intensité narrative. On y devine la profondeur d’une histoire. L’atmosphère accentue l’idée que le paysage n’est pas une scène inerte mais l’élément actif d’un drame qui prolonge ses effets dans le présent de situation de l’observateur. Le travail de Kate Orff consiste à déployer cette narration selon un fil rouge, une « ligne traversante » (a throughline) qui articule plusieurs séquences tirées d’un processus documentaire fouillé. Chacune des sections de l’atlas – pétrole, infrastructure, déchets, déplacement, écologie, alimentation, paysage – ne se contente pas ainsi de placer en perspective les photographies mais d’en déployer l’histoire « fantôme ».

Dans la brume pétrochimique

Commentons un exemple de cette collaboration. La séquence intitulée « Déplacement » débute par la reprise d’une photographie prise à Plaquemine, sur le site de l’ancien village de Morrisonville, aujourd’hui occupé par une raffinerie de la Dow Chemical Corporation (planche 32). Comme souvent, le brouillard domine et l’on distingue à peine les citernes sphériques du stockage d’hydrocarbures et la tuyauterie de la raffinerie. Dans l’herbe rase, deux traces rectangulaires d’un sol stabilisé en béton signalent, nous explique la légende, l’implantation antérieure d’une communauté afro-américaine, que l’usine a expropriée en 1989. Installée depuis les années 1950 et s’agrandissant depuis, Dow Chemical empoisonnait la vie des habitants jusqu’à ce que les plaintes soient trop nombreuses et le village détruit pour établir une « zone verte tampon ».

Fig. 1 : « Morrissonville Dream », Petrochemical America (pages 158-159), © Richard Misrach and Kate Orff (Aperture, 2012)

Dans l’atlas, le dessin de Kate Orff (pages 158-159, fig. 1), qui vient en partie en superposition sur l’image de Misrach, réinscrit dans cette scène fantomatique les anciennes petites maisons de planches de la communauté noire de Morrisonville. Des photographies d’archives sont employées afin d’incruster des personnages ainsi qu’un arbre et une voiture dans cette reconstitution sous forme de perspective paysagère. Le fil rouge du « Déplacement » nous emmène ensuite à une carte du Mississippi entre Baton Rouge et la Nouvelle Orléans où sont indiquées toutes les expropriations dues au développement industriel. L’explosion du nombre d’infrastructures chimiques le long de River Road, dans les années 1950-1960, a nécessité des terres, largement prises sur les anciennes plantations dont la forme de foncier était perpendiculaire au fleuve, en lanière (fig.2). C’était à l’origine pour embarquer le coton ou la canne sur les vapeurs. Aujourd’hui ce sont des chimiquiers et des barges industrielles qui accostent le long des levées. Les grandes plantations appartenant à des familles blanches ont été facilement achetées. C’est ainsi que Dow Chemical a acquis à Plaquemine une plantation de cannes à sucre de quelque sept-cents hectares.

Fig. 2: Emprise foncière des plantations le long du bas Mississippi. B.M. Norman, Chart Of The Lower Mississippi River, 1858 (Library of Congress)

Mais les petites villes noires comme Morrisson, composées à très haut pourcentage de petits propriétaires – un héritage du remembrement foncier arbitré par le Bureau fédéral des afro-américains, après la guerre de Sécession –, n’étaient pas achetables de la même façon. Les entreprises ont donc pour l’essentiel renoncé à acquérir de petites parcelles et se sont construites en grande proximité des habitations noires, lesquelles subissent les pollutions cancérigènes ou déménagent. La cartographie établie par Kate Orff montre comment le tissu communautaire du bord du Mississippi est remplacé par la trame des industries pétrochimiques, et comment tout cela se fait dans le temps et dans une certaine économie foncière.

Fig. 3 : « The transformation of Taft ». Petrochemical America (pages 164-165), © Richard Misrach and Kate Orff (Aperture, 2012)

Après un zoom dans la carte, consacré à l’histoire malheureuse de Morrisonville et à ses trois implantations dans le temps (1889, 1931 et 1989), le fil rouge nous emmène à Taft, illustré aux pages 164-165 par la reprise de la planche 34 de Misrach (fig. 3). Nouvelle histoire d’expropriation et de domination… Très marquante, la photographie représente le petit cimetière d’Holy Rosary, qui est « possédé » et cerné par une raffinerie appartenant à Dow Chemical. Il y avait autrefois en cet endroit un village de planteurs qui a été rayé de la carte par l’industrie. Seule son église a été démontée, planche par planche, pierre par pierre, et réassemblée plus loin, à Hahnville, en 1963. Dans le cimetière, la statue du Christ est entourée des fumées de fabrication de solvants, de plastiques, d’insecticides, d’antigel, de liquide de frein, de peintures, d’adhésifs, de textiles, de lubrifiants, de produits pharmaceutiques, de savons, de détergents, de compléments alimentaires pour animaux…

Fig. 4 : Holy Rosary Cemetery, Taft, Louisiane, 2015 © Matthieu Duperrex

L’atlas de Petrochemical America constitue aussi – était-ce anticipé par ses auteurs ? – un guide devenu indispensable pour visiter les berges du Mississippi et pratiquer du carnet de terrain, de la reconduction photographique ou bien sensibiliser la population et les acteurs du territoire, lors de « toxic tours » animés par des activistes écologistes. Kate Orff a elle-même été l’invitée de plusieurs Toxic Tours organisés par les organisations écologistes du Sierra Club ou de la Green Army. Livre en main, je suis ainsi moi-même revenu sur ce lieu de prise de vue (fig. 4) et sur la plupart des autres le long de River Road pour les besoins de ma propre enquête littéraire sur le delta du Mississippi[1]. J’ai pu alors confronter mes sensations à ce que je ressentais devant la photographie de Misrach et dont l’atlas « décompressait » la profondeur historique. Par cette opération de « vérification » en quelque sorte, j’ai pu mesurer la justesse de cette image qui place le spectateur dans une intrication de réseaux qui sont à son échelle de perception, au ras du sol, où il a sa place dans de complexes assemblages de matières et d’agents dont l’Immaculée Conception n’est plus le principal mystère… Comme devant la photographie, je me suis lové dans ces boucles de rétroaction qui affectent jusqu’à l’air que nous respirons.

La capacité de l’atlas de Kate Orff à convoquer des spectres de l’histoire industrielle récente apporte un complément essentiel à ce cocktail chimique d’impressions en bord de Mississippi.

Aller plus loin :

Richard Misrach et Kate Orff, « Richard Misrach and Kate Orff Discuss Petrochemical America », Aperture Foundation (blog), 2012. URL : https://aperture.org/blog/richard-misrach-and-kate-orff-in-conversation/

Our Future Coast, un projet en cours de l’agence SCAPE : https://www.scapestudio.com/projects/our-future-coast/

Matthieu Duperrex, «  Cancer Alley  ou la décompression du paysage pétrochimique. La collaboration de Richard Misrach et de Kate Orff », Les Cahiers de la recherche architecturale urbaine et paysagère, n°5, 2019. URL : http://journals.openedition.org/craup/2106


[1] Cf. Matthieu Duperrex, Voyages en sol incertain. Enquêtes dans les deltas du Rhône et du Mississippi, Marseille, Éditions Wildproject, 2019.