L’effarouchement des flamants roses

Prise de son : Nicolas Tixier
Retranscription : Cédric Pichat
Photographie : Mélanie Agustee

Mercredi 17 mars 2021, 18h30
Visite des rizières par Nicolas Crozat, riziculteur en Camargue

Domaine : Le Mas de Guinot Le Sambuc Route de Guinot 13200 Arles
Coordonnées GPS : 43.55851672549501, 4.664289098144154

Intervenants :
NC: Nicolas Crozat, riziculteur
E1: Enquêteur 1 
E2: Enquêteur 2
E3: Enquêteur 3
E4: Enquêteur 4
E5: Enquêteur 5
E?: Enquêteur indéfini

Retranscription :

(E1) – Et les oiseaux, on les voit souvent fréquenter beaucoup les rizières mais c’est des alliés ou c’est plutôt des… emmerdeurs ?!

(NC) – Alors euuuh non c’est pas… notre ennemi numéro un c’est le flamant rose.

(E?) – Oooh.

(E1) – Mais pourquoi, il n’y a pas d’Artémia salina.

(NC) – Alors les flamants roses, ils viennent parce qu’ils sont attirés par l’eau déjà.

(E1) – Par la surface d’eau juste.

(NC) – Juste la surface d’eau, parce qu’il y a un phénomène qui est assez rigolo, dès que le riz sort et que l’eau devient verte, avec la plante du riz, ils viennent plus.

(E1) – Oui.

(NC) – Donc c’est vraiment l’effet miroir qui les attire.

(E1) – Ouais.

(NC) – Et ils viennent manger. Donc ils mangent des petits planctons qu’il y a quand même dans la parcelle, ce n’est pas les Artémias mais ça reste… euh… y a quand même de la vie hein… donc ils se nourrissent de ça et puis ils mangent un peu du riz aussi.

(E1) – Ouais ok… pour digérer.

(NC) – Mais… euh… ce n’est pas tellement le fait qu’ils mangent le riz, c’est le fait qu’ils viennent…

(E1) – Ils saccagent.

(NC) – … ils piétinent, pour faire remonter la vase, pour trier, et donc le flamant rose… et en espace de dix minutes, il peut nous saccager trois hectares de culture.

(E2) – C’est tout le travail de nivellement qui est foutu en l’air par le flamant rose.

(NC) – Ce n’est pas le travail de nivellement. C’est que le riz, en fait, quand on le sème…

(E3) – Il va trop l’enfoncer quoi.

(NC) – Il est posé… comme il tombe dans l’eau…

(E1) – Il désordonne… les plants…

(NC) – … il est posé sur la parcelle et le flamant rose, lui, vient l’enterrer… et le riz ne sort jamais. Il se retrouve ça sous terre, et là c’est fini, il sort plus. Donc on n’a pas de levée, on a des énormes trous. Donc pour le flamant rose, la solution qu’on a trouvée, c’est… euh… les canons à gaz. Donc j’en ai là-haut, là. Pour des canons qui pètent toutes les trois quatre minutes… pour les effaroucher.

(E?) – Comme pour les corneilles.

(NC) – Mais, ils sont habitués…

(E1) – Ça, c’est un héritage des boites de nuit ça !

(NC) – Donc… non non, ça c’est…

(E?) – Oui sur le matin…

(NC) – Moi j’y ai pensé.

(E3) – Non mais tu n’as pas vu la boule à facettes…

(E1) – La boule à facettes ah ah ah !

(NC) – Je vais mettre un laser. Non mais c’est vrai, parce que les lasers puissants ça les fait partir, ils aiment pas trop.

(E3) – Mais attends, le truc-là qui fait du bruit c’est tout le temps…

(NC) – Alors là vous avez une période euh…

(E3) – … ou y a un détecteur de présence… et ça fait baoum !

(NC) – Non, non vous avez une période du premier mai, on va dire jusqu’à fin juin… donc jusqu’à début juin, donc la période de semis là…

(E1) – Ça fait du bazooka tout le temps.

(NC) – La Camargue, c’est la rave-party hein. À partir de neuf heures le soir c’est bam bam bam !!

(E?) – Et on n’a pas trouvé un chant d’oiseau comme dans les…

(NC) – Il a peur de rien le flamant, il n’a pas de prédateurs.

(E?) – … comme dans les aéroports.

(NC) – Non parce que c’est un prédateur, des pigeons qui… on imite le son du faucon ou on utilise des ultrasons. Là c’est tellement vaste déjà que les ultrasons, c’est même pas la peine. Et il a pas de prédateurs naturels. C’est très compliqué. Donc il y a les canons… euh… je mets des gyrophares… (discussion non audible autour). Donc je mets chaque parcelle, chaque parcelle il y a un gyrophare à LED qui clignote. Alors j’ai des gyrophares à LED, je peux gérer les programmes. Donc il y en a certains que je fais tourner, d’autres que je fais clignoter, pour vraiment qu’ils ne soient pas habitués au truc. Et donc là je vais faire certainement mettre un laser aussi. Un laser avec un effet… euh plafond, qui va venir balayer mes parcelles. C’est… voilà.

(E3) – Et attends, mais il sert à quoi le laser, ça gène la lumière en fait ?

(E1) – Mais ils ont peur, c’est de l’effarement.

(NC) – Le laser, avec un tout petit peu de brouillard, il va créer un plafond vert en fait.

(E?) – C’est plus boite de nuit, c’est carrément l’effet… cinéma.

(E4) – Ah bah si dans les boites de nuit, il y a du brouillard au sol dès fois !

(NC) – Et on fait aussi, donc, régulièrement des tournées la nuit… euh pour venir voir nos parcelles et surveiller. Voilà. Et l’année dernière donc, j’ai créé un groupe Whatsapp, avec pas mal de riziculteurs dans le coin. Parce ce qu’au début on ne le faisait pas, c’était chacun pour soi et dieu pour tous, et là en fait bah j’ai créé ce groupe en espérant que si jamais on a des flamants dans notre secteur, on envoie un petit message, on dit « y a des flamants dans tel secteur », et les riziculteurs qui sont dans le secteur, bon ben ils se lèvent et puis ils vont… ils vont effaroucher quoi. Parce que ça fait vraiment des gros gros gros gros gros dégâts.

(E?) – Ça fait des dégâts uniquement quand il est en germination, une fois qu’il a germé… ?

(NC) – Non mais il sort plus, il sort plus le riz.

(E1) – Parce que c’est vert après.

(NC) – Il sort plus.

(E?) – Et vous n’avez pas de sangliers, des choses comme ça ?

(NC) – Si si si on a des sangliers aussi.

(E?) – Et eux c’est moins… c’est moins pénible ?

(E3) – Vous n’avez pas des trucs avec… des cornes, comme des taureaux ?

(NC) – Les sangliers, c’est pénible, mais pas la même période. Les sangliers, ils viennent plus tard dans le riz, ils viennent quand le riz est monté et déjà en épis.

(E1) – Ouais.

(NC) – Et eux ils font les dégâts que l’on connaît des sangliers. C’est-à-dire ils passent, ils traversent, ils labourent tout sur leur passage.

(E1) – Et du coup c’est de la négociation bien comprise avec euh… pardon.

(NC) – Alors moi les sangliers j’ai mis… euh on n’ira pas la voir, j’ai mis une clôture électrique… euh j’ai repéré les passages et j’ai mis une clôture électrique sur… euh… sur toute ma longueur, là, donc sur à peu près un kilomètre et demi. Voilà. Ça les freine un petit peu mais il y en a quand même qui passe.

(E?) – Il faut le loup en fait hein.

(NC) – Comment ?

(E?) – Il faudrait du loup. Pour faire peur au flamant.

(E3) – Un alligator

(NC) – Les loups, je ne suis même pas sûr. Parce que je suis pas sûr qu’un loup, il aime bien nager.

(E3) – Un alligator

(E?) – Un alligator ?

(E?) – Ah oui, des alligators ça peut bouffer les flamants.

(E3) – On peut vous ramener ça de Louisiane la prochaine fois !

(E1) – Je sais qu’il y a un original qui couple sa riziculture d’un élevage de canards.

(NC) – Oui, en bio oui.

(E1) – Ouais, alors euh… c’est quoi le principe qu’il essaie de promouvoir là ?

(NC) – Alors c’est pour désherber.

(E1) – Donc le canard désherbe.

(NC) – Voilà, le canard va venir désherber certaines… certaines euh… cultures…  certaines mauvaises herbes en fait. Ça lui permet de faire plusieurs années de riz consécutifs. Parce qu’en bio on est limité à une à deux années, pas plus, après l’enherbement est tel qu’on peut plus faire du riz.

(E1) – Oui donc…

(NC) – Comme on n’a pas le droit de désherber chimiquement.

(E1) – Ouais.

(NC) – Donc euh… c’est de la rotation. Donc lui il a trouvé une solution pour essayer de faire trois quatre cinq six ans de riz…

(E1) – Ah ouais d’accord.

(NC) – … avec les canards, mais par contre c’est une toute petite exploitation…

(E1) – Oui.

(NC) – … parce que lui je crois qu’il a…

(E1) – C’est vraiment une certaine variété de canard… chinois je ne sais pas quoi.

(NC) – … une dizaine, une vingtaine d’hectares en bio. Et c’est des milliers de canards hein qu’il faut gérer. Des milliers de canards ouais.

(E5) – Y a, y a … ça vient du Vietnam, il y a un très joli reportage sur « Arte.tv » en ce moment, sur les exploitants de canard au Vietnam qui ont… des des…

(2 discussions en parallèle commencent)

(E1) – Et après il fait des rillettes quoi… qu’est-ce qu’il peut faire de…

(NC) – Après c’est du… non oui ça part à l’abattoir.

(1ère discussion)

(E5) – … qui arrivent avec des milliers de canards qu’ils transportent dans des immeubles à canards quoi, c’est incroyable.

(E4) – Pour les rizières ?

(E5) – Pour les rizières, spécialisés dans les rizières.

(E4) – D’ailleurs pendant la seconde guerre mondiale, c’est les Vietnamiens qui ont planté le riz ici, parce que les hommes étaient à la guerre… pendant le 1ère guerre mondiale pardon… (pas audible)… oui c’est ça, c’est des réfugiés…  ouais c’est ça…

(E5) – C’est ça.

(E4) – Et qui ont ramené une culture un peu disparue… (pas audible)

(2ème discussion)

(E3) – Et en Louisiane ils font des rotations avec leur riz mais avec les écrevisses. Ils font l’élevage d’écrevisses… en fait, ils mettent…

(E1) – Aaah.

(E3) – En fait euh…  quand ils ont récolté le riz, ils laissent en eau, ils assèchent pas tout de suite parce qu’ils vont utiliser une autre terre, et dans cette… ou ils assécheront plus tard, mais en tout cas, là, ils mettent les écrevisses. Alors je ne sais pas comment ils font pour qu’elles ne s’en aillent pas, ça je n’ai pas compris… euh et en fait elles mangent les restes du riz, elles mangent les restes, et après ils ressortent les écrevisses, ils les vendent, enfin elles se reproduisent et ils les vendent, et ils replantent le riz…

(NC) – D’accord.

(E3) – C’est le… ça marche en binôme.

(E?) – Il faut se mettre au bongo derrière.

(E1)- Ouais mais bon les écrevisses… « boils », si tu les fais bouillir avec du maïs…

(E3) – Aller…

(NC) – On va avancer un peu si vous voulez qu’on voie des parcelles.

(E1) – Ouais.

(E4) – Comment vous les effrayez les flamants roses la nuit ?

(NC) – Et bah je vous ai dit… les canons…

(E4) – Non mais non non, mais quand vous faites les troupes, quand vous faites euh… les tours là.

(E?) – Les milices anti…

(NC) – Ah non mais là, après quand on fait les tours, c’est voir s’ils sont situés. Donc on a des euh… des pistolets…

(E4) – Ah voilà.

(NC) – Pour effaroucher, on a le parc de… le syndicat des riziculteurs qui nous fournit aussi des cartouches, à blanc, voilà, pour faire du bruit… y a que le bruit oui. Après ça va être le klaxonne euh… ils craignent quand même la présence hein, donc juste de voir arriver la voiture, les phares tout ça, euh… ça les fait partir.

(E1) – Et ça c’est des trucs qui… c’est des choses bien comprises dans la gestion du parc ?

(plusieurs discussions inaudibles)

(NC) – De toute façon on ne fait rien de mal, l’effarouchement… le parc est plutôt d’accord avec ça parce que lui ce qu’il veut éviter, c’est que, on tue les flamants roses.

(E1) – Bien sûr

(NC) – Parce qu’y a certains… ça pose tellement de dégâts qu’y a certains…  riziculteurs qui sont prêts à… qui sont prêts à tuer même avec la grosse amende salée, qui sont prêts à les tuer. Donc le parc nous… le parc de Camargue nous encourage à effaroucher plutôt qu’à essayer de…

Impressions de Camargue [5] – Sensibilité à demi-mot

Dans le cadre de la préparation d’un voyage d’étude collectif en Louisiane qui s’intéressera à la sensibilité à l’environnement en contexte de disparition du sol, Jean-Paul Thibaud nous livre une série de libres impressions sur la Camargue, autre territoire qui s’enfonce inexorablement dans la mer. Ce cinquième billet clôt la série.


Au grand air / Percepts surfaciques / Sentiment océanique / Chemins de nulle part / Lignes de fuite / Défilement imperceptible / Effort modulé / L’eau de toutes parts / Forme apaisée de l’écoulement / Forme nuancée de l’affleurement / Couleurs éclatantes de la vie / Peuplements d’un milieu ambiant / Ouverture à une altérité apaisée / Tentatives d’emprise matérielle / Composition de mondes bigarrés / Exercice du punctum dans l’immensité visible / Laisser des traces de son passage / Faire signe au monde des lointains et des passés.

expérience enchantée… souffle frais… ciel immense… nuages lointains… légèreté suspendue… espace infini… grands plans… espace lisse… corps exposé… souffle ténu… luminosité éblouissante… ciel incommensurable… scintillements dorés… étendue élémentaire… reflet passager… aventures nuageuses… respirations profondes… visions lointaines… vibrations atmosphériques… sonorités imperceptibles… rythme lent… chemins improbables… lignes droites… longueur infinie… cycles circulaires… foulées alternées… guide silencieux… végétation minimale… univers immobile… matières différentes… boue occasionnelle… couleurs modulées… séquence ensablée… sol mouvant… sol bienveillant… tonicité retrouvée… effort modulé… résistance accrue… marche contrariée… petits filets… amples canaux… flux tranquille… forme apaisée… directions données… flot silencieux… paix immobile… eau ruisselante… balade insouciante… paysage terrestre… enveloppe aquaterrestre… forme nuancée… eau exterrée… terre inondée… fine couche… attention prudente… équilibre instable… mince pellicule… formes humaines… milieu trouble… couleurs éclatantes… coloris surprenants… surfaces horizontales… teintes inattendues… fine couche… eau accueillante… voile végétal… prégnance soudaine… puissance remarquable… milieu ambiant… éléments naturels… marquages localisés… agencements techniques… constructions disséminées… milieu habitable… altérité apaisée… mondes pluriels… sociétés animales… présence paisible… flamants roses… milieu immobile… rythmique collective… trajectoire aérienne… tracé aérien… immobilité terrienne… événement aérien… temps immémorial… multitudes animales… milieu ambiant… emprise matérielle… échanges incessants… affectations mutuelles… transformations permanentes… sublime paysage… bâti déglingue… incongruités surprenantes… mondes bigarrés… présence humaine… milieux hétérogènes. présence saugrenue… ferraille pétrifiée… flux aquatiques… assemblage improbable… plages désertes… présence matérielle… paysage surnaturel… pratiques collectives… baignades estivales… formes détachées… immensité visible… présences humaines… cadre grandiose… point minuscule… focalisation éphémère… monde infini… milieu fantastique… sensations élémentaires… signes indéchiffrables… présences absentes… rencontre improbable… visiteurs inconnus… traces éphémères… gestes simples… milieu sensible… geste ostensible… singulière verticalité… territoire indéfini… espace lisse… ancrage fixe… barbarie nazie… épaisseur tragique…

en silence (Jean-Paul Thibaud, 2020)

Autres billets dans cette série :

Impressions de Camargue [1] – Au grand air

Impressions de Camargue [2] – Chemins de nulle part

Impressions de Camargue [3] —L’eau de toutes parts

Impressions de Camargue [4] — Peuplements d’un milieu ambiant

Impressions de Camargue [4] — Peuplements d’un milieu ambiant

Dans le cadre de la préparation d’un voyage d’étude collectif en Louisiane qui s’intéressera à la sensibilité à l’environnement en contexte de disparition du sol, Jean-Paul Thibaud nous livre une série de libres impressions sur la Camargue, autre territoire qui s’enfonce inexorablement dans la mer. Dans ce quatrième billet, il évoque la présence sourde, parfois à peine perceptible, d’autres vivants dans les mondes humains, et vice-versa.

Peuplements d’un milieu ambiant. Ce serait compter sans la présence du bétail, de l’humain, de la technique. Il faudrait donner au milieu ambiant sa teneur de peuplement, avec ses assemblées, ses traces et ses dispositifs. C’est dire que les éléments naturels sont véritablement cultivés et entretenus, enchâssés dans de multiples formes de vie, signes épars et marquages localisés, agencements techniques et constructions disséminées qui font de ce territoire un milieu habitable. L’expérience la plus commune sera celle des autres.

Photo : Jean-Paul Thibaud 2020

Ouverture à une altérité apaisée. Mondes pluriels. Rencontre de sociétés animales. Présence paisible et ralentie des troupeaux de taureaux ou de chevaux que l’on croise et qui paissent, immobiles. Captation du regard en même temps que fusion dans le paysage. Comme s’ils n’avaient d’autres motifs que d’être là, en charge de la terre et du sol, brouter l’herbe, la nourrir, affirmer cette lenteur du paysage et reconduire cette suspension du temps. Attachement au sol. Rappel également qu’il s’agit bel et bien d’entretenir ensemble un milieu, s’y installer à plusieurs, en société. Groupements. Et puis bien sûr les flamants roses tout entiers drapés de leur renommée. Et là encore, rassemblés. Multiples taches de couleur. Les pattes dans l’eau ou en partance vers le ciel. Introduction d’un bougé dans ce milieu immobile, d’une rythmique collective, d’un élan quand ils prennent leur envol et dessinent une trajectoire aérienne. On lève alors la tête pour suivre ce tracé aérien. Habiter la terre, mais aussi l’eau, le ciel. Multitudes. S’attacher au sol ou bien s’en arracher momentanément. Immobilité terrienne des uns tandis que d’autres créent l’événement aérien. Sentiment que notre visite passagère ici s’inscrit dans un temps immémorial à l’état de pause. Nous sommes juste de passage tandis que ces multitudes animales semblent là depuis toujours (illusion sans doute ? mais ressenti tout de même). Et pourtant. L’humain n’est pas absent de ce milieu ambiant, loin s’en faut. On le trouve dans ces machines de fer et de béton qui essaiment sur tout le territoire. C’est qu’il s’agit de domestiquer les flux, conduire des courants, jauger les niveaux.

Photo : Jean-Paul Thibaud 2020

Tentatives d’emprise matérielle. Digues et écluses. Murailles et barrages. Enrochements et passerelles et poteaux. Déclinaison d’une palette de dispositifs qui visent à contenir, capturer, guider, mesurer, canaliser l’eau. Incrustation du matériel dans le vivant. Encastrement de la technique dans la nature. Mais aussi échanges incessants, affectations mutuelles, cohabitation de deux modes d’existence, transformations permanentes infinitésimales. Quand le métal se rouille à l’exposition continue de l’eau et de l’air. Quand le béton se fissure à la pression des intempéries et du climat. Sublime paysage qui compose avec un bâti déglingué. Vieillissement des matériaux. Patine du temps qu’il fait et du temps qui passe. Usures des constructions. Travail des saisons et des météos qui s’incarne dans l’érosion des assemblages et la vétusté des structures. Et puis parfois des incongruités surprenantes. Interrogation. Que s’est-il donc passé ? Comment est-ce possible ? Quelle explication donner ?

Photo : Jean-Paul Thibaud 2020

Composition de mondes bigarrés. Présence humaine se trouvant même là où on ne l’attend pas. Télescopage de milieux hétérogènes. Mise en présence saugrenue de la mer et du fer, de la ferraille pétrifiée et des flux aquatiques dans un assemblage improbable. Surréaliste. Pont dans l’eau. De même quand certaines pratiques semblent déplacées et hors contexte. Quand des voitures circulent à même des plages désertes. Auto sur sable. Choc d’une présence matérielle bien urbaine dans un paysage surnaturel. Mais c’est dire aussi que l’humain reste toujours bel et bien présent. Que des pratiques collectives participent de la composition de ce milieu de vie. Marches en groupe, bicyclettes à plusieurs, balades à cheval, jeux de cerf-volant, chars à voile, baignades estivales… Autant d’activités qui s’exposent aux éléments, s’en imprègnent, jouent avec eux, et se rendent à peine perceptibles dans le lointain. Accommodation de l’œil pour discerner des points à distance et des formes détachées du paysage.

Photo : Jean-Paul Thibaud 2020

Exercice du punctum dans l’immensité visible. Comme si ces présences humaines ne cherchaient pas à se mesurer à ce cadre grandiose mais s’y manifestaient à leur échelle. Un point minuscule. Une tache de couleur. Focalisation éphémère. À peine est-on là. Se signalant modestement dans ce monde infini. Bonheur sans doute de prendre part à ce milieu fantastique. S’adonner à des activités qui donnent à sentir le vent, le sable, l’eau. Qui intensifient les sensations élémentaires et augmentent une ouverture à la Terre.

Photo : Jean-Paul Thibaud 2020

Et puis laisser des traces de son passage. De-ci, de-là. En catimini. Juste pour dire qu’on y était. Qu’on en était. Sol comme surface d’inscription dessinant des signes indéchiffrables mais néanmoins bel et bien là. Hiéroglyphes de gestes de passage. Agencements de pierres lancés à la cantonade. Esquisses de courbes témoignant d’une traversée. Présences absentes. Rencontre improbable de visiteurs inconnus faisant signe au-delà du temps. Traces éphémères adressées au tout-venant, à qui veut bien prêter attention et éventuellement reconduire ces gestes simples. J’y étais aussi. Partage d’un milieu sensible en deçà des mots. Et finalement. Geste ostensible d’affirmation de l’humain dans l’espace et dans le temps. Intention de donner pleine visibilité au règne supposé de l’anthropos.

Photo : Jean-Paul Thibaud 2020

Faire signe au monde des lointains et des passés. Phares qui font repère à grande distance et érigent une singulière verticalité dans ce paysage tout en horizontalité. Orientation dans un territoire indéfini. Espace lisse doté d’un ancrage fixe et surplombant. Lieu de convergence possible de tous les points de vue. Tout en hauteur ici. Élan vers le haut s’émancipant des lourdeurs et de l’ici-bas. Puis d’une tout autre manière, attache, arraisonnement au sol. Attachement. Dans ce monument aux morts disposé en regard du ciel. Reconnaissance de la barbarie nazie. Tout entier tourné vers l’épaisseur tragique de l’histoire. Rappel que ce milieu a aussi un passé. Une humanité. 


Autres billets dans cette série :

Impressions de Camargue [1] – Au grand air

Impressions de Camargue [2] – Chemins de nulle part

Impressions de Camargue [3] —L’eau de toutes parts

Impressions de Camargue [5] – Sensibilité à demi-mot

Impressions de Camargue [3] —L’eau de toutes parts

Dans le cadre de la préparation d’un voyage d’étude collectif en Louisiane qui s’intéressera à la sensibilité à l’environnement en contexte de disparition du sol, Jean-Paul Thibaud nous livre une série de libres impressions sur la Camargue, autre territoire qui s’enfonce inexorablement dans la mer. Dans ce troisième billet, il évoque comment, dans ces paysages troubles, le sol suinte de toute part et complique toute distinction hâtive entre fluide et solide, entre terre et eau, ou entre immobilité et mouvement.

Photo : Jean-Paul Thibaud 2020

L’eau de toutes parts. Et l’eau toujours. Ici et là. Omniprésence de l’eau. Grande surface d’une mer toute proche. En plan. À plat. Mais aussi ruisseaux qui y mènent, larges ou étroits. Petits filets ou amples canaux qui traversent les terres et conduisent à la mer. Qui se longent parfois dans un semblant de stabilité ou dans un flux tranquille.

Photo : Jean-Paul Thibaud 2020

Forme apaisée de l’écoulement. Où se tracent des lignes d’eau coupant la terre et délimitant des bords. Directions données qui invitent à aller voir plus loin et à se laisser accompagner par un flot silencieux. Paix immobile d’une eau ruisselant à peine qui tient compagnie dans cette balade insouciante. Et puis par ailleurs, à proximité, une autre présence fait surface. Eau à peine émergente s’efforçant de sourdre, de percer du paysage terrestre. Exfiltration. Indétermination de l’eau et de la terre. Enveloppe aquaterrestre qui rend indécidable la surface de matière.

Photo : Jean-Paul Thibaud 2020

Forme nuancée de l’affleurement. Réversibilité des éléments. Mélange des textures et des consistances. Eau exterrée ou terre inondée. Swamp. Marais. Étang. Humidité des terres. Sentiment de fragilité d’une fine couche peu profonde qui invite à une attention prudente et respectueuse. Comme si un simple pas pouvait détruire cet équilibre instable et précaire. Comme si cette mince pellicule rendait caduques nos formes humaines de présence et d’action. Impossibilité de marcher. Incapacité de nager. Découverte d’un milieu trouble et confondu, inquiétant des manières habituelles d’être sur terre. Et le regard qui s’arrête, se fixe vers cet appel de teintes vives.

Couleurs éclatantes de la vie. Tableau de coloris surprenants comme venus d’ailleurs. Posés là. Surfaces horizontales éclatantes de teintes inattendues qui se détachent du paysage et révèlent la vitalité d’un milieu bien vivant. Bienveillant. Fine couche d’une terre nourrie faisant signe. D’une eau accueillante se laissant recouvrir d’un voile végétal. Mariage émouvant de la terre et de l’eau. Captation de l’œil s’étonnant de telles tonalités dans un tableau à dominante de bleu et de gris, de jaune et de blanc. Ici prégnance soudaine d’un vert d’eau ? Puissance remarquable d’un vieux rose ? La terre vit bel et bien. Nous fait signe. Se montre et se dévoile. Respire, elle aussi.

Photo : Jean-Paul Thibaud 2020

Autres billets dans cette série :

Impressions de Camargue [1] – Au grand air

Impressions de Camargue [2] – Chemins de nulle part

Impressions de Camargue [4] — Peuplements d’un milieu ambiant

Impressions de Camargue [5] – Sensibilité à demi-mot

Impressions de Camargue [2] – Chemins de nulle part

Dans le cadre de la préparation d’un voyage d’étude collectif en Louisiane qui s’intéressera à la sensibilité à l’environnement en contexte de disparition du sol, Jean-Paul Thibaud nous livre une série de libres impressions sur la Camargue, autre territoire qui s’enfonce inexorablement dans la mer. Dans ce second billet, il nous parle de chemins le long desquels, tel un film, défile le paysage.

Chemins de nulle part. En les parcourant à pied ou à vélo. Paysage qui défile à un rythme lent au gré des chemins de terre et des sentiers battus, des pistes de sable. Chemins improbables dont on ne sait où ils mènent, et s’ils mènent d’ailleurs quelque part. Sans doute le savent parfaitement les habitants.

Photo : Jean-Paul Thibaud 2020

Lignes de fuite. Quand un point vient fixer le regard, au loin. Quand des directions se rencontrent à l’horizon. Marcher à n’en plus finir d’un espace sans mesure. Lignes droites. Toutes droites. Avec l’eau de part et d’autre, en accompagnement d’un pas après l’autre. Ou d’une roue qui continue de tourner. Encore et encore. Longueur infinie se déroulant en cycles circulaires ou en foulées alternées.

Photo : Jean-Paul Thibaud 2020

Défilement imperceptible. Traversée au ralenti. Buissons qui tiennent lieu de compagnies et tracent la route à suivre. Guide silencieux d’une végétation minimale. Bordures herbes et broussailles. Avancée dans un univers immobile. À peine sensible au souffle du vent et au frémissement de l’herbe. Si loin du monde. Corps en mouvement et paysage au repos. Où l’immensité du ciel et l’infinité du chemin rencontrent le gravier sous les pieds et la poussière à peine déplacée.

Photo : Jean-Paul Thibaud 2020

Et le sol se transforme, change d’allure et de texture. Matières différentes. Meuble parfois, tassé autrement, gravillon encore, boue occasionnelle. Couleurs modulées, d’un jaune ambre à un gris basalte. Sable qui revient et ponctue le voyage. Ralentissement. Séquence ensablée. Enfoncée dans un sol mouvant faisant trace et absorbant le son de pas. Lourdeur du corps. Ensablement. Douceur des sons. Puis nouveau départ avec un sol bienveillant. Tonicité retrouvée.

Effort modulé. Résistance accrue le temps d’un passage. Marche contrariée ou descente de vélo. De l’avant malgré tout. Variation d’allures d’un corps plus ou moins soutenu, empêché, enfoncé.


Autres billets dans cette série :

Impressions de Camargue [1] – Au grand air

Impressions de Camargue [3] —L’eau de toutes parts

Impressions de Camargue [4] — Peuplements d’un milieu ambiant

Impressions de Camargue [5] – Sensibilité à demi-mot

Impressions de Camargue [1] – Au grand air

Dans le cadre de la préparation d’un voyage d’étude collectif en Louisiane qui s’intéressera à la sensibilité à l’environnement en contexte de disparition du sol, Jean-Paul Thibaud nous livre le premier billet d’une série de libres impressions sur la Camargue, autre territoire qui s’enfonce inexorablement dans la mer. Dans ce premier billet, une balade aux Saintes-Maries-de-la-Mer sous un ciel d’automne 2020 se transforme en une expérience enchantée d’un monde de plénitude.

Photo : Jean-Paul Thibaud, 2020

Au grand air. De l’air, de l’air à perte de vue, à respirer à plein poumon, à effleurer la peau d’un souffle frais. Quand un ciel immense s’ouvre à tout jamais, où des nuages lointains cotonnent dans une légèreté suspendue. Espace. Vaste sentiment d’un espace infini donnant la mesure de la Terre et du Ciel. Là où la mer rencontre le ciel et où le ciel salue la terre.

Photo : Jean-Paul Thibaud, 2020

Percepts surfaciques. Grands plans s’étendant de toutes parts et composant une ligne d’horizon délimitant le haut et le bas, l’ancrage au sol et l’envol aérien. Horizontal. Surface plane sans accroche ou repère, sans direction ou orientation. Espace lisse découvert au gré du vent. Ouvert à tout va. Corps exposé à la fraîcheur d’automne, au souffle ténu du vent, à la luminosité éblouissante du soleil, aux chants d’oiseaux en vol. Air encore. Partout. Tout autour. A plein poumon. Souffle du vent dans les oreilles et chants d’oiseaux par intermittence. Immensité d’un monde ici-bas, ciel incommensurable tout autant.

Photo : Jean-Paul Thibaud, 2020

Sentiment océanique. Quand l’univers tout entier est ici, dans ce point singulier de l’espace et du temps. Et le soleil aussi, quand il fait son apparition et éblouit la mer de son éclat. Trouée d’une folle luminosité composée de mille scintillements dorés faisant signe en silence dans cette étendue élémentaire. Ou bien simple reflet passager qui transforme la mer en un formidable miroir des aventures nuageuses. Ouverture à une sensibilité des éléments et des immensités, des respirations profondes et des visions lointaines, des vibrations atmosphériques et des sonorités imperceptibles. 


Autres billets dans cette série :

Impressions de Camargue [2] – Chemins de nulle part

Impressions de Camargue [3] —L’eau de toutes parts

Impressions de Camargue [4] — Peuplements d’un milieu ambiant

Impressions de Camargue [5] – Sensibilité à demi-mot