« Compositions sédimentaires »

Cette série de dix images est une sélection issue d’une déambulation de quatre jours en Camargue, dans le Delta du Rhône, à la recherche de motifs au sein des paysages. La silhouette pliée par le Mistral. Recroquevillé et sourd. La peau tirée par les embruns, les cheveux gras, sentir sous ses pas s’enfoncer un sol éphémère. Un espace en devenir perpétuel ?

Ni terre ni eau. Une singularité habitant l’épaisseur d’un trait à la frontière entre continuité et rupture. Le paysage comme une composition, horizon anthropisé, modelé de force et pour un temps par les volontés successives. Pour un temps seulement. Bientôt reprise, dissoute, dans le tourbillon des flux. Un simple patch[1] à l’échelle débordante des climats ? Appréhender les interactions, les dépendances, les attaches, les rencontres, les coutures. Les voir, les sentir, les ressentir, y goûter, les vivre. Enfin, se laisser inspirer par elles.


[1] Plutôt que d’étudier l’Anthropocène comme un phénomène global uniforme, les anthropologues Anna Tsing, Andrew Matthews et Nils Bubandt nous invitent à penser à partir d’une multitude de “patches”, qui sont autant “d’agencement situés entre humains et non humains” (2019, p. 187). A. L. Tsing, A. Mathews, N. Bubandt (2019) “Patchy Anthropocene: Landscape Structure, Multispecies History, and the Retooling of Anthropology.”Current Anthropology 60(20): 186-197.

Digue de L’Usine Fibre Exellence. Photo : Yves Monnier, 2021.
Digue à la Mer de la Tour Vielle. Photo : Yves Monnier, 2021.
Tour Vielle. Photo : Yves Monnier, 2021.
Digue à la Mer de la Tour Vielle. Photo : Yves Monnier, 2021.
Mas de Guinot. Photo : Yves Monnier, 2021.
Digue à la Mer de Grande Rhée Longue. Photo : Yves Monnier, 2021.
Digue à la Mer de Grande Rhée Longue. Photo : Yves Monnier, 2021.
Les Salins de Giraud. Photo : Yves Monnier, 2021.
Digue à la Mer des Saintes Maries. Photo : Yves Monnier, 2021.
Digue à la Mer de Grande Rhée. Image : Yves Monnier, Google Earth.

Voir aussi :

L’affaire de l’aqueduc de la Reine Pédauque

Par Nicolas Tixier et Didier Tallagrand

Création visuelle : Didier Tallagrand
Création visuelle : Didier Tallagrand

Pour incarner et mettre en discussion les propositions esquissées dans le billet « Le quotidien en projet et les modes d’existence », on s’appuiera sur un projet que nous avons développé : « L’affaire de l’aqueduc de la Reine Pédauque ». Une histoire de sol et d’eau, matérielle et fictionnelle, qui donne à convoquer les modes d’existence d’Etienne Souriau pour la continuer aujourd’hui. Ce projet situé au Mirail à Toulouse (France) a été développé en 2014 et 2015 dans le cadre du collectif BazarUrbain sous la direction de Toulouse Métropole et de la Ville de Toulouse grâce à la complicité de Pierre Pisani, archéologue, et de David Coirier, chargé de mission sur les enjeux sociaux du renouvellement urbain. Un site dédié a été développé par Jérémie Bancilhon pour rendre compte de façon interactive et graphique du transect réalisé et des données recueillies.


Le Mirail est un grand secteur urbain constitué de trois quartiers s’étirant du Sud au Nord : Bellefontaine, Reynerie et Mirail Université. Il a été créé entièrement au début des années 1970 par les architectes Georges Candilis, Alexis Josic et Shadrach Woods. Ce quartier, de plus de 20 000 habitants, est aujourd’hui controversé comme le sont de nombreux quartiers issus de la modernité des années 60-70. Sa rénovation autant que son évolution passent par une réhabilitation de son histoire. Cela concerne en premier lieu son histoire récente, utopie concrète de sa modernité architecturale et urbaine. Cela concerne aussi son histoire sociale avec l’invention, pour partie déçue, d’une vie nouvelle accompagnant cette urbanité ouverte à tous. Mais cela concerne, et c’est une histoire souvent oubliée, aussi une histoire plus ancienne et plus ancrée dans sa géographie (pente et eau) et dans ses caractéristiques naturelles (faune et flore), à savoir une histoire du sol.

Tout a démarré lorsqu’en 2013, le projet de rénovation d’un parc appelé le Petit Bois à Bellefontaine a remis en actualité la présence souterraine d’un aqueduc romain : l’aqueduc dit « de la Reine Pédauque ». Voici comment le présente Michel Boulcourt, paysagiste chargé de donner un avis sur le projet du Petit Bois : « On ne peut pas oublier l’aqueduc romain dont l’origine remonte à la fin du premier et au début du deuxième siècle apr. J.-C. : quelques (dernières) traces sont présentes sur le site. Long d’environ huit kilomètres, il fut le dernier et le plus important des deux aqueducs construits pour alimenter la cité gallo-romaine en eau vive. Il comprenait deux sections. L’une, de Monlong à la Cépière, captait les sources et amenait par un canal souterrain (ou specus) les eaux jusqu’au château (castelum). L’autre, de la Cépière à la cité, passait sur des arches pour franchir les terres basses de Saint-Cyprien. L’aqueduc fournissait environ 12 500 m3 par jour, soit environ 500 à 600 litres quotidiens par personne… (un volume largement supérieur aux besoins actuels). » Cette histoire d’aqueduc était relativement oubliée de tous à ce moment. La raison première est que cet aqueduc est… invisible : il est soit enterré dans sa partie la plus au Sud, soit détruit dans sa partie la plus au Nord, là où il était aérien avec 517 arches et finissait par enjamber la Garonne. Mais en regardant de plus près, avec quelques recherches et en explorant les lieux, on découvre que la ligne de son tracé perdure, qu’elle reste parcourable à plus de 90% et que tout du long nous trouvons des traces et des indices qui témoignent de son existence sous différents modes.

Tracé de l’aqueduc (bleu clair) et du parcours possible (orange)

Comment alors faire exister aujourd’hui cette ligne, tant dans l’imaginaire collectif que par des pratiques inédites ? Comment travailler les modes d’existence de cette ligne afin de lui permettre d’avoir un tracé demain qui soit conforté et de lui donner des devenirs possibles par des usages renouvelés ? Comment sustenter cet imaginaire fictionnel originel et comment lui redonner un potentiel sensible de découverte ordinaire autant qu’extraordinaire ? Pour mettre en récit et en projet cette ligne, nous avons réalisé un ensemble d’ateliers contributifs en plus d’une collecte d’archives : un parcours commenté collectif avec des experts des différents lieux traversés (archéologues, urbanistes, sociologues, spécialistes des mobilités douces, etc.), une randonnée vélo à la recherche de l’itinéraire possible organisée un dimanche matin avec plus de 80 participants venant de toute la métropole toulousaine, une table longue contributive pour récolter récits, perceptions et éléments de projets suite à l’itinéraire vélo et enfin un atelier regroupant les acteurs institutionnels concernés pour mettre en discussion une première synthèse et déployer les possibilités de projet à différentes échelles et selon différentes temporalités. Enfin cet itinéraire existe aujourd’hui par un site internet qui raconte graphiquement cette histoire en cinq épisodes qui reprennent les éléments des différents ateliers précédents. Cela nous a permis de développer quatre potentiels narratifs autant que projectuels, comme autant d’affaires à éclaircir autant qu’à épaissir :

Une affaire mythologique : où comment la légende d’une reine wisigothe aux pieds palmés vient donner son nom à un ensemble hydraulique romain élaboré au début du IIIe siècle, laquelle reine, dans son palais, possédait une salle dite « bains de la reine » directement approvisionnée en eau par un aqueduc. Et comment demain cette histoire de reine et d’eau peut continuer à s’incarner ?

Une affaire hydraulique : où comment l’eau, cet élément vital et multisensoriel, resurgit encore aujourd’hui tout au long du tracé de l’aqueduc. Fontaines, lacs, fossé mère, canaux, et griffons… issus des sources encore en activité́ révèlent une présence souterraine qui, en surface, apparaît par endroit dans une coulée verte végétale. La révélation de cet aqueduc, comme un fil ténu, mais bien réel, offre au Mirail l’occasion de renouer avec son histoire ancienne, avec son passé de lieu-dit rural et de plaine maraîchère, bien antérieur à sa construction en tant que nouveau quartier.

Une affaire métropolitaine : où comment le vélo peut ici s’assimiler à l’élément liquide de demain. Plus qu’une balade, il s’agirait de proposer une traversée efficace, quand aucun tracé aujourd’hui ne permet d’aller simplement du Mirail au centre-ville à vélo, en prenant appui sur le tracé originel de l’aqueduc. La piste cyclable pourra jouer avec l’existant, composera avec des tronçons déjà praticables. Elle proposera un point de vue inédit sur la ville, une coupe de celle-ci, un transect. À qui la pratiquera, la ligne de l’aqueduc, franche et directe, offrira une nouvelle perspective de lecture de la ville de Toulouse, presque littérale, par le franchissement de ses couronnes successives et un passage au milieu de ses urbanités.

Une affaire paysagère avec pratiques quotidiennes : où comment les trois parcs du Mirail (Bellefontaine, Reynerie, Mirail Université) qui font la fierté des habitants sont reliés plus clairement entre eux et offrent des parcours pour le quotidien comme pour la promenade le long de cette margelle de la Garonne où s’ancrait l’aqueduc. Une ligne active où peuvent se connecter ou se déployer mille et une propositions : dans la valorisation de l’existant autant que dans l’introduction de nouveautés, dans l’ordinaire quotidien autant que dans l’extraordinaire éphémère.

Pour Didier Tallagrand, artiste avec qui s’est élaboré ce projet, « Ici, il s’agit de voir un aqueduc comme une forme qui se retient, qui ne s’exprime pas, qui se contient au-delà de sa fonction première : le transport de l’eau. D’un point haut vers un point bas : juste l’écoulement du liquide. La forme de l’ouvrage vient en addition comme un rythme, une certaine qualité d’espacement dans le paysage. Un espace des sentiments qui occupe notre perception et fraye la voie de la spatialité dans un retour sur le temps et l’écoulement.

À Toulouse, il n’y a plus d’aqueduc. C’est-à-dire qu’il est insignifiant. Ce n’est pas rien, pas négligeable. Ce n’est pas non plus une ruine. On ne peut le re-fabriquer ou le reconstruire. Il faut suivre les indices, les symptômes de l’assomption de la canalisation. Et enclencher le travail de la raison qui vient poser ses repères en mesures, sans qualification de la mesure.

La forme est devenue seconde. Pas secondaire, pas après ou ensuite, mais juste comme une conscience qui éveille à l’expérience de la chose : à l’avenir. À trouver ce qui manque. La ligne. L’écoulement possible. Et composer avec.

Dans cette situation on s’accorde, ou on admet que l’artiste doit se préparer à dépasser les apparences, à savoir ce qui convient d’apprécier à la lumière des savoirs, de la raison et de certaines questions de l’espace. La conscience attentive de l’artiste s’ouvre à la capacité d’affecter et d’être affectée. Être étonné dans un milieu qui semble fonctionner sans formes.

Mais dans la vigilance d’une représentation, l’artiste n’est pas serviable dans ces milieux à faibles sollicitations. Il est désoccupé et n’enclenche pas le désir. Sans le sujet qui perçoit, les ambiances ne seraient rien. La veille du « sujet » artiste se lève pourtant dans cet espacement. Cet écart qui frappe la voix des idées et embraye sur une relation qui recoud l’intelligible et le sensible. Entre la forme et l’espace, comme une conscience attentive, une expression poétique dans le temps.

Ici à Toulouse, le paysage se dissout, le regard se détache comme un accès vers le merveilleux, au-delà de la mélodie qui satisfait les attentes. Vers l’au-delà des formes manquantes. Ce n’est pas la construction d’une caisse à violon dans le dos du monde, mais l’écoulement de l’eau maintenant. Peut-être faut-il penser comme des sous-sols, en ramassant des points de réel, entre le début et la fin. De la source à la fontaine : deux situations de bascule et ensuite tirer droit. Traverser dans un étonnement, dans la durée, comme des pas qui séparent et font résonner du dessous l’aqueduc disparu.

Un rythme, une distraction en ajout comme suppléants de l’architecture : « Le petit tunnel que l’on traverse est-il la conduite de l’aqueduc ? » raconte un habitant. Produire un éclat dans le processus, juste faire un trou dans le temps et l’espace, une trouée pour rien. Un éclat de lumière et construire le lieu de l’eau qui chemine dans le récit et l’espace, peut-être comme une fiction. »

Les racines du projet : Atelier in situ et enquête-collecte

© Matthieu Duperrex – Voyages en sol incertain, La Marelle 2019

Notre recherche s’inscrit dans le champ de la Global Urban Research (Harrison & Hoyler, 2018) mais sous l’angle de la recherche multisituée. En architecture comme en urbanisme et en histoire de l’art, des approches monographiques comme celle de Learning From Las Vegas (Venturi, Scott Brown et Izenour, 1977) ou de Los Angeles : The Architecture of 4 Ecologies (Banham, 1973) ont fait date tant elles décrivent précisément un système socio-spatial, établissent une critique plus générale des mondes urbains et revisitent les outils de l’analyse urbaine.

Notre projet prolonge ces démarches intellectuelles et sensibles en affirmant d’une part le caractère multi-situé (Marcus, 1995 & Falzon, 2009) de notre approche et d’autre part la perspective éco-critique de ce travail. À l’image de Patrick Geddes qui au sein de ses Regional surveys s’attachait tout autant à l’écologie de la ville qu’à l’économie de l’environnement (De Biase, Levy & Castrillo Romón, 2016), nous prendrons à bras le corps ces deux domaines d’étude.

Tout comme Learning From Las Vegas (Venturi, Scott Brown et Izenour, 1977) qui a fondé son analyse sur un séjour collectif de 10 jours sur place, notre projet s’organise autour d’un atelier de recherche in situ d’une durée d’environ 20 jours. Soit un format court in situ qui demande une importante préparation en amont, la mobilisation de relais sur place (Louisiana State University et Coastal Sustainability Studio) et la production au fil de l’expérience de représentations et d’archives innovantes. Celles ci seront le support d’une future exposition.

D’un point de vue méthodologique, notre travail se décompose en trois tâches auxquelles l’ensemble de l’équipe participe :

– WP1 · décryptage de l’écosytème métropolitain du delta du Mississippi ;

– WP2 · analyse in situ et arpentage des écosystèmes urbains du delta du Mississippi ;

– WP3 · production de représentations et d’archives innovantes des communs du delta du Mississippi.

L’atelier de recherche in situ

– Durée : 21 jours, soit 14 jours pour les explorations et 7 jours d’atelier à Baton Rouge et à New Orleans ;

– Zone d’exploration : bande côtière d’ores et déjà submergée ou en passe de l’être, selon 6 trajets d’exploration successifs (essentiellement perpendiculaires au trait de côte) ;

– Méthodologie : exploration in situ et collective via 6 transects (Tixier, 2016), relevé sensible, collectage et interviews selon des trajets prédéterminés, à chaque fois accompagné d’un ou plusieurs guides, en marchant quand cela est possible ou sinon en voiture ou en bateau ;

– Enquête-collecte : réalisation d’une représentation inédite du territoire prenant en compte les paroles habitantes. Cette représentation s’apparente à une coupe représentant par le texte, la photographie et le dessin les parcours réalisés lors des explorations ainsi que les interrogations formulées lors de cette exploration. Elle devrait donner lieu à un film. La restitution de cette exploration permet la mise en débat public des problématiques. Au carrefour d’enjeux sociaux, spatiaux, et écologiques, le transect est une approche singulière où enquête, collecte d’information et débat prospectif sont liés et dont la représentation s’éloigne du plan et de la carte pour s’intéresser aux récits des lieux et des habitants.

Banham, R. (1971) Los Angeles: The Architecture of Four Ecologies. Londres : Allen Lane.

de Biase, A., Levy, A.,  Castrillo Romón, M. (dir.) (2016), “Patrick Geddes en héritage”, Espaces et sociétés, n° 167.

Falzon, M-A (2009) Multi-Sited Ethnography. Theory, Praxis and Locality in Contemporary Research. Londres : Routledge.

Harrison, J. et Hoyler, M. (2018) Doing Global Urban Research. Londres : Sage.

Marcus, G. (1995) “Ethnography in/of the World System: The Emergence of Multi-Sited Ethnography” Annual Review of Anthropology, 24, pp. 95-117.

Tixier, N. (2016) “Le transect urbain. Pour une écriture corrélée des ambiances et de l’environnement“, dans S. Barles et N. Blanc (dir.) Écologies urbaines : Sur le terrain, Economica-Anthropos ; PIR Ville et Environnement, pp. 130-148.

Venturi, R., Scott Brown, D., et Izenour, S. (1977) Learning From Las Vegas, Revised Edition, Cambridge, MA : The MIT Press.