L’effarouchement des flamants roses

Prise de son : Nicolas Tixier
Retranscription : Cédric Pichat
Photographie : Mélanie Agustee

Mercredi 17 mars 2021, 18h30
Visite des rizières par Nicolas Crozat, riziculteur en Camargue

Domaine : Le Mas de Guinot Le Sambuc Route de Guinot 13200 Arles
Coordonnées GPS : 43.55851672549501, 4.664289098144154

Intervenants :
NC: Nicolas Crozat, riziculteur
E1: Enquêteur 1 
E2: Enquêteur 2
E3: Enquêteur 3
E4: Enquêteur 4
E5: Enquêteur 5
E?: Enquêteur indéfini

Retranscription :

(E1) – Et les oiseaux, on les voit souvent fréquenter beaucoup les rizières mais c’est des alliés ou c’est plutôt des… emmerdeurs ?!

(NC) – Alors euuuh non c’est pas… notre ennemi numéro un c’est le flamant rose.

(E?) – Oooh.

(E1) – Mais pourquoi, il n’y a pas d’Artémia salina.

(NC) – Alors les flamants roses, ils viennent parce qu’ils sont attirés par l’eau déjà.

(E1) – Par la surface d’eau juste.

(NC) – Juste la surface d’eau, parce qu’il y a un phénomène qui est assez rigolo, dès que le riz sort et que l’eau devient verte, avec la plante du riz, ils viennent plus.

(E1) – Oui.

(NC) – Donc c’est vraiment l’effet miroir qui les attire.

(E1) – Ouais.

(NC) – Et ils viennent manger. Donc ils mangent des petits planctons qu’il y a quand même dans la parcelle, ce n’est pas les Artémias mais ça reste… euh… y a quand même de la vie hein… donc ils se nourrissent de ça et puis ils mangent un peu du riz aussi.

(E1) – Ouais ok… pour digérer.

(NC) – Mais… euh… ce n’est pas tellement le fait qu’ils mangent le riz, c’est le fait qu’ils viennent…

(E1) – Ils saccagent.

(NC) – … ils piétinent, pour faire remonter la vase, pour trier, et donc le flamant rose… et en espace de dix minutes, il peut nous saccager trois hectares de culture.

(E2) – C’est tout le travail de nivellement qui est foutu en l’air par le flamant rose.

(NC) – Ce n’est pas le travail de nivellement. C’est que le riz, en fait, quand on le sème…

(E3) – Il va trop l’enfoncer quoi.

(NC) – Il est posé… comme il tombe dans l’eau…

(E1) – Il désordonne… les plants…

(NC) – … il est posé sur la parcelle et le flamant rose, lui, vient l’enterrer… et le riz ne sort jamais. Il se retrouve ça sous terre, et là c’est fini, il sort plus. Donc on n’a pas de levée, on a des énormes trous. Donc pour le flamant rose, la solution qu’on a trouvée, c’est… euh… les canons à gaz. Donc j’en ai là-haut, là. Pour des canons qui pètent toutes les trois quatre minutes… pour les effaroucher.

(E?) – Comme pour les corneilles.

(NC) – Mais, ils sont habitués…

(E1) – Ça, c’est un héritage des boites de nuit ça !

(NC) – Donc… non non, ça c’est…

(E?) – Oui sur le matin…

(NC) – Moi j’y ai pensé.

(E3) – Non mais tu n’as pas vu la boule à facettes…

(E1) – La boule à facettes ah ah ah !

(NC) – Je vais mettre un laser. Non mais c’est vrai, parce que les lasers puissants ça les fait partir, ils aiment pas trop.

(E3) – Mais attends, le truc-là qui fait du bruit c’est tout le temps…

(NC) – Alors là vous avez une période euh…

(E3) – … ou y a un détecteur de présence… et ça fait baoum !

(NC) – Non, non vous avez une période du premier mai, on va dire jusqu’à fin juin… donc jusqu’à début juin, donc la période de semis là…

(E1) – Ça fait du bazooka tout le temps.

(NC) – La Camargue, c’est la rave-party hein. À partir de neuf heures le soir c’est bam bam bam !!

(E?) – Et on n’a pas trouvé un chant d’oiseau comme dans les…

(NC) – Il a peur de rien le flamant, il n’a pas de prédateurs.

(E?) – … comme dans les aéroports.

(NC) – Non parce que c’est un prédateur, des pigeons qui… on imite le son du faucon ou on utilise des ultrasons. Là c’est tellement vaste déjà que les ultrasons, c’est même pas la peine. Et il a pas de prédateurs naturels. C’est très compliqué. Donc il y a les canons… euh… je mets des gyrophares… (discussion non audible autour). Donc je mets chaque parcelle, chaque parcelle il y a un gyrophare à LED qui clignote. Alors j’ai des gyrophares à LED, je peux gérer les programmes. Donc il y en a certains que je fais tourner, d’autres que je fais clignoter, pour vraiment qu’ils ne soient pas habitués au truc. Et donc là je vais faire certainement mettre un laser aussi. Un laser avec un effet… euh plafond, qui va venir balayer mes parcelles. C’est… voilà.

(E3) – Et attends, mais il sert à quoi le laser, ça gène la lumière en fait ?

(E1) – Mais ils ont peur, c’est de l’effarement.

(NC) – Le laser, avec un tout petit peu de brouillard, il va créer un plafond vert en fait.

(E?) – C’est plus boite de nuit, c’est carrément l’effet… cinéma.

(E4) – Ah bah si dans les boites de nuit, il y a du brouillard au sol dès fois !

(NC) – Et on fait aussi, donc, régulièrement des tournées la nuit… euh pour venir voir nos parcelles et surveiller. Voilà. Et l’année dernière donc, j’ai créé un groupe Whatsapp, avec pas mal de riziculteurs dans le coin. Parce ce qu’au début on ne le faisait pas, c’était chacun pour soi et dieu pour tous, et là en fait bah j’ai créé ce groupe en espérant que si jamais on a des flamants dans notre secteur, on envoie un petit message, on dit « y a des flamants dans tel secteur », et les riziculteurs qui sont dans le secteur, bon ben ils se lèvent et puis ils vont… ils vont effaroucher quoi. Parce que ça fait vraiment des gros gros gros gros gros dégâts.

(E?) – Ça fait des dégâts uniquement quand il est en germination, une fois qu’il a germé… ?

(NC) – Non mais il sort plus, il sort plus le riz.

(E1) – Parce que c’est vert après.

(NC) – Il sort plus.

(E?) – Et vous n’avez pas de sangliers, des choses comme ça ?

(NC) – Si si si on a des sangliers aussi.

(E?) – Et eux c’est moins… c’est moins pénible ?

(E3) – Vous n’avez pas des trucs avec… des cornes, comme des taureaux ?

(NC) – Les sangliers, c’est pénible, mais pas la même période. Les sangliers, ils viennent plus tard dans le riz, ils viennent quand le riz est monté et déjà en épis.

(E1) – Ouais.

(NC) – Et eux ils font les dégâts que l’on connaît des sangliers. C’est-à-dire ils passent, ils traversent, ils labourent tout sur leur passage.

(E1) – Et du coup c’est de la négociation bien comprise avec euh… pardon.

(NC) – Alors moi les sangliers j’ai mis… euh on n’ira pas la voir, j’ai mis une clôture électrique… euh j’ai repéré les passages et j’ai mis une clôture électrique sur… euh… sur toute ma longueur, là, donc sur à peu près un kilomètre et demi. Voilà. Ça les freine un petit peu mais il y en a quand même qui passe.

(E?) – Il faut le loup en fait hein.

(NC) – Comment ?

(E?) – Il faudrait du loup. Pour faire peur au flamant.

(E3) – Un alligator

(NC) – Les loups, je ne suis même pas sûr. Parce que je suis pas sûr qu’un loup, il aime bien nager.

(E3) – Un alligator

(E?) – Un alligator ?

(E?) – Ah oui, des alligators ça peut bouffer les flamants.

(E3) – On peut vous ramener ça de Louisiane la prochaine fois !

(E1) – Je sais qu’il y a un original qui couple sa riziculture d’un élevage de canards.

(NC) – Oui, en bio oui.

(E1) – Ouais, alors euh… c’est quoi le principe qu’il essaie de promouvoir là ?

(NC) – Alors c’est pour désherber.

(E1) – Donc le canard désherbe.

(NC) – Voilà, le canard va venir désherber certaines… certaines euh… cultures…  certaines mauvaises herbes en fait. Ça lui permet de faire plusieurs années de riz consécutifs. Parce qu’en bio on est limité à une à deux années, pas plus, après l’enherbement est tel qu’on peut plus faire du riz.

(E1) – Oui donc…

(NC) – Comme on n’a pas le droit de désherber chimiquement.

(E1) – Ouais.

(NC) – Donc euh… c’est de la rotation. Donc lui il a trouvé une solution pour essayer de faire trois quatre cinq six ans de riz…

(E1) – Ah ouais d’accord.

(NC) – … avec les canards, mais par contre c’est une toute petite exploitation…

(E1) – Oui.

(NC) – … parce que lui je crois qu’il a…

(E1) – C’est vraiment une certaine variété de canard… chinois je ne sais pas quoi.

(NC) – … une dizaine, une vingtaine d’hectares en bio. Et c’est des milliers de canards hein qu’il faut gérer. Des milliers de canards ouais.

(E5) – Y a, y a … ça vient du Vietnam, il y a un très joli reportage sur « Arte.tv » en ce moment, sur les exploitants de canard au Vietnam qui ont… des des…

(2 discussions en parallèle commencent)

(E1) – Et après il fait des rillettes quoi… qu’est-ce qu’il peut faire de…

(NC) – Après c’est du… non oui ça part à l’abattoir.

(1ère discussion)

(E5) – … qui arrivent avec des milliers de canards qu’ils transportent dans des immeubles à canards quoi, c’est incroyable.

(E4) – Pour les rizières ?

(E5) – Pour les rizières, spécialisés dans les rizières.

(E4) – D’ailleurs pendant la seconde guerre mondiale, c’est les Vietnamiens qui ont planté le riz ici, parce que les hommes étaient à la guerre… pendant le 1ère guerre mondiale pardon… (pas audible)… oui c’est ça, c’est des réfugiés…  ouais c’est ça…

(E5) – C’est ça.

(E4) – Et qui ont ramené une culture un peu disparue… (pas audible)

(2ème discussion)

(E3) – Et en Louisiane ils font des rotations avec leur riz mais avec les écrevisses. Ils font l’élevage d’écrevisses… en fait, ils mettent…

(E1) – Aaah.

(E3) – En fait euh…  quand ils ont récolté le riz, ils laissent en eau, ils assèchent pas tout de suite parce qu’ils vont utiliser une autre terre, et dans cette… ou ils assécheront plus tard, mais en tout cas, là, ils mettent les écrevisses. Alors je ne sais pas comment ils font pour qu’elles ne s’en aillent pas, ça je n’ai pas compris… euh et en fait elles mangent les restes du riz, elles mangent les restes, et après ils ressortent les écrevisses, ils les vendent, enfin elles se reproduisent et ils les vendent, et ils replantent le riz…

(NC) – D’accord.

(E3) – C’est le… ça marche en binôme.

(E?) – Il faut se mettre au bongo derrière.

(E1)- Ouais mais bon les écrevisses… « boils », si tu les fais bouillir avec du maïs…

(E3) – Aller…

(NC) – On va avancer un peu si vous voulez qu’on voie des parcelles.

(E1) – Ouais.

(E4) – Comment vous les effrayez les flamants roses la nuit ?

(NC) – Et bah je vous ai dit… les canons…

(E4) – Non mais non non, mais quand vous faites les troupes, quand vous faites euh… les tours là.

(E?) – Les milices anti…

(NC) – Ah non mais là, après quand on fait les tours, c’est voir s’ils sont situés. Donc on a des euh… des pistolets…

(E4) – Ah voilà.

(NC) – Pour effaroucher, on a le parc de… le syndicat des riziculteurs qui nous fournit aussi des cartouches, à blanc, voilà, pour faire du bruit… y a que le bruit oui. Après ça va être le klaxonne euh… ils craignent quand même la présence hein, donc juste de voir arriver la voiture, les phares tout ça, euh… ça les fait partir.

(E1) – Et ça c’est des trucs qui… c’est des choses bien comprises dans la gestion du parc ?

(plusieurs discussions inaudibles)

(NC) – De toute façon on ne fait rien de mal, l’effarouchement… le parc est plutôt d’accord avec ça parce que lui ce qu’il veut éviter, c’est que, on tue les flamants roses.

(E1) – Bien sûr

(NC) – Parce qu’y a certains… ça pose tellement de dégâts qu’y a certains…  riziculteurs qui sont prêts à… qui sont prêts à tuer même avec la grosse amende salée, qui sont prêts à les tuer. Donc le parc nous… le parc de Camargue nous encourage à effaroucher plutôt qu’à essayer de…

L’affaire de l’aqueduc de la Reine Pédauque

Par Nicolas Tixier et Didier Tallagrand

Création visuelle : Didier Tallagrand
Création visuelle : Didier Tallagrand

Pour incarner et mettre en discussion les propositions esquissées dans le billet « Le quotidien en projet et les modes d’existence », on s’appuiera sur un projet que nous avons développé : « L’affaire de l’aqueduc de la Reine Pédauque ». Une histoire de sol et d’eau, matérielle et fictionnelle, qui donne à convoquer les modes d’existence d’Etienne Souriau pour la continuer aujourd’hui. Ce projet situé au Mirail à Toulouse (France) a été développé en 2014 et 2015 dans le cadre du collectif BazarUrbain sous la direction de Toulouse Métropole et de la Ville de Toulouse grâce à la complicité de Pierre Pisani, archéologue, et de David Coirier, chargé de mission sur les enjeux sociaux du renouvellement urbain. Un site dédié a été développé par Jérémie Bancilhon pour rendre compte de façon interactive et graphique du transect réalisé et des données recueillies.


Le Mirail est un grand secteur urbain constitué de trois quartiers s’étirant du Sud au Nord : Bellefontaine, Reynerie et Mirail Université. Il a été créé entièrement au début des années 1970 par les architectes Georges Candilis, Alexis Josic et Shadrach Woods. Ce quartier, de plus de 20 000 habitants, est aujourd’hui controversé comme le sont de nombreux quartiers issus de la modernité des années 60-70. Sa rénovation autant que son évolution passent par une réhabilitation de son histoire. Cela concerne en premier lieu son histoire récente, utopie concrète de sa modernité architecturale et urbaine. Cela concerne aussi son histoire sociale avec l’invention, pour partie déçue, d’une vie nouvelle accompagnant cette urbanité ouverte à tous. Mais cela concerne, et c’est une histoire souvent oubliée, aussi une histoire plus ancienne et plus ancrée dans sa géographie (pente et eau) et dans ses caractéristiques naturelles (faune et flore), à savoir une histoire du sol.

Tout a démarré lorsqu’en 2013, le projet de rénovation d’un parc appelé le Petit Bois à Bellefontaine a remis en actualité la présence souterraine d’un aqueduc romain : l’aqueduc dit « de la Reine Pédauque ». Voici comment le présente Michel Boulcourt, paysagiste chargé de donner un avis sur le projet du Petit Bois : « On ne peut pas oublier l’aqueduc romain dont l’origine remonte à la fin du premier et au début du deuxième siècle apr. J.-C. : quelques (dernières) traces sont présentes sur le site. Long d’environ huit kilomètres, il fut le dernier et le plus important des deux aqueducs construits pour alimenter la cité gallo-romaine en eau vive. Il comprenait deux sections. L’une, de Monlong à la Cépière, captait les sources et amenait par un canal souterrain (ou specus) les eaux jusqu’au château (castelum). L’autre, de la Cépière à la cité, passait sur des arches pour franchir les terres basses de Saint-Cyprien. L’aqueduc fournissait environ 12 500 m3 par jour, soit environ 500 à 600 litres quotidiens par personne… (un volume largement supérieur aux besoins actuels). » Cette histoire d’aqueduc était relativement oubliée de tous à ce moment. La raison première est que cet aqueduc est… invisible : il est soit enterré dans sa partie la plus au Sud, soit détruit dans sa partie la plus au Nord, là où il était aérien avec 517 arches et finissait par enjamber la Garonne. Mais en regardant de plus près, avec quelques recherches et en explorant les lieux, on découvre que la ligne de son tracé perdure, qu’elle reste parcourable à plus de 90% et que tout du long nous trouvons des traces et des indices qui témoignent de son existence sous différents modes.

Tracé de l’aqueduc (bleu clair) et du parcours possible (orange)

Comment alors faire exister aujourd’hui cette ligne, tant dans l’imaginaire collectif que par des pratiques inédites ? Comment travailler les modes d’existence de cette ligne afin de lui permettre d’avoir un tracé demain qui soit conforté et de lui donner des devenirs possibles par des usages renouvelés ? Comment sustenter cet imaginaire fictionnel originel et comment lui redonner un potentiel sensible de découverte ordinaire autant qu’extraordinaire ? Pour mettre en récit et en projet cette ligne, nous avons réalisé un ensemble d’ateliers contributifs en plus d’une collecte d’archives : un parcours commenté collectif avec des experts des différents lieux traversés (archéologues, urbanistes, sociologues, spécialistes des mobilités douces, etc.), une randonnée vélo à la recherche de l’itinéraire possible organisée un dimanche matin avec plus de 80 participants venant de toute la métropole toulousaine, une table longue contributive pour récolter récits, perceptions et éléments de projets suite à l’itinéraire vélo et enfin un atelier regroupant les acteurs institutionnels concernés pour mettre en discussion une première synthèse et déployer les possibilités de projet à différentes échelles et selon différentes temporalités. Enfin cet itinéraire existe aujourd’hui par un site internet qui raconte graphiquement cette histoire en cinq épisodes qui reprennent les éléments des différents ateliers précédents. Cela nous a permis de développer quatre potentiels narratifs autant que projectuels, comme autant d’affaires à éclaircir autant qu’à épaissir :

Une affaire mythologique : où comment la légende d’une reine wisigothe aux pieds palmés vient donner son nom à un ensemble hydraulique romain élaboré au début du IIIe siècle, laquelle reine, dans son palais, possédait une salle dite « bains de la reine » directement approvisionnée en eau par un aqueduc. Et comment demain cette histoire de reine et d’eau peut continuer à s’incarner ?

Une affaire hydraulique : où comment l’eau, cet élément vital et multisensoriel, resurgit encore aujourd’hui tout au long du tracé de l’aqueduc. Fontaines, lacs, fossé mère, canaux, et griffons… issus des sources encore en activité́ révèlent une présence souterraine qui, en surface, apparaît par endroit dans une coulée verte végétale. La révélation de cet aqueduc, comme un fil ténu, mais bien réel, offre au Mirail l’occasion de renouer avec son histoire ancienne, avec son passé de lieu-dit rural et de plaine maraîchère, bien antérieur à sa construction en tant que nouveau quartier.

Une affaire métropolitaine : où comment le vélo peut ici s’assimiler à l’élément liquide de demain. Plus qu’une balade, il s’agirait de proposer une traversée efficace, quand aucun tracé aujourd’hui ne permet d’aller simplement du Mirail au centre-ville à vélo, en prenant appui sur le tracé originel de l’aqueduc. La piste cyclable pourra jouer avec l’existant, composera avec des tronçons déjà praticables. Elle proposera un point de vue inédit sur la ville, une coupe de celle-ci, un transect. À qui la pratiquera, la ligne de l’aqueduc, franche et directe, offrira une nouvelle perspective de lecture de la ville de Toulouse, presque littérale, par le franchissement de ses couronnes successives et un passage au milieu de ses urbanités.

Une affaire paysagère avec pratiques quotidiennes : où comment les trois parcs du Mirail (Bellefontaine, Reynerie, Mirail Université) qui font la fierté des habitants sont reliés plus clairement entre eux et offrent des parcours pour le quotidien comme pour la promenade le long de cette margelle de la Garonne où s’ancrait l’aqueduc. Une ligne active où peuvent se connecter ou se déployer mille et une propositions : dans la valorisation de l’existant autant que dans l’introduction de nouveautés, dans l’ordinaire quotidien autant que dans l’extraordinaire éphémère.

Pour Didier Tallagrand, artiste avec qui s’est élaboré ce projet, « Ici, il s’agit de voir un aqueduc comme une forme qui se retient, qui ne s’exprime pas, qui se contient au-delà de sa fonction première : le transport de l’eau. D’un point haut vers un point bas : juste l’écoulement du liquide. La forme de l’ouvrage vient en addition comme un rythme, une certaine qualité d’espacement dans le paysage. Un espace des sentiments qui occupe notre perception et fraye la voie de la spatialité dans un retour sur le temps et l’écoulement.

À Toulouse, il n’y a plus d’aqueduc. C’est-à-dire qu’il est insignifiant. Ce n’est pas rien, pas négligeable. Ce n’est pas non plus une ruine. On ne peut le re-fabriquer ou le reconstruire. Il faut suivre les indices, les symptômes de l’assomption de la canalisation. Et enclencher le travail de la raison qui vient poser ses repères en mesures, sans qualification de la mesure.

La forme est devenue seconde. Pas secondaire, pas après ou ensuite, mais juste comme une conscience qui éveille à l’expérience de la chose : à l’avenir. À trouver ce qui manque. La ligne. L’écoulement possible. Et composer avec.

Dans cette situation on s’accorde, ou on admet que l’artiste doit se préparer à dépasser les apparences, à savoir ce qui convient d’apprécier à la lumière des savoirs, de la raison et de certaines questions de l’espace. La conscience attentive de l’artiste s’ouvre à la capacité d’affecter et d’être affectée. Être étonné dans un milieu qui semble fonctionner sans formes.

Mais dans la vigilance d’une représentation, l’artiste n’est pas serviable dans ces milieux à faibles sollicitations. Il est désoccupé et n’enclenche pas le désir. Sans le sujet qui perçoit, les ambiances ne seraient rien. La veille du « sujet » artiste se lève pourtant dans cet espacement. Cet écart qui frappe la voix des idées et embraye sur une relation qui recoud l’intelligible et le sensible. Entre la forme et l’espace, comme une conscience attentive, une expression poétique dans le temps.

Ici à Toulouse, le paysage se dissout, le regard se détache comme un accès vers le merveilleux, au-delà de la mélodie qui satisfait les attentes. Vers l’au-delà des formes manquantes. Ce n’est pas la construction d’une caisse à violon dans le dos du monde, mais l’écoulement de l’eau maintenant. Peut-être faut-il penser comme des sous-sols, en ramassant des points de réel, entre le début et la fin. De la source à la fontaine : deux situations de bascule et ensuite tirer droit. Traverser dans un étonnement, dans la durée, comme des pas qui séparent et font résonner du dessous l’aqueduc disparu.

Un rythme, une distraction en ajout comme suppléants de l’architecture : « Le petit tunnel que l’on traverse est-il la conduite de l’aqueduc ? » raconte un habitant. Produire un éclat dans le processus, juste faire un trou dans le temps et l’espace, une trouée pour rien. Un éclat de lumière et construire le lieu de l’eau qui chemine dans le récit et l’espace, peut-être comme une fiction. »

Le quotidien en projet et les modes d’existence

Il est des livres qui vous aident à penser et à agir. L’ouvrage de David Lapoujade sur « Les existences moindres » est de ceux-là. Après Isabelle Stengers et Bruno Latour (2009), il revisite « Les différents modes d’existence » d’Etienne Sourriau (1943) au prisme à la fois du pragmatisme dont il est un spécialiste et de l’échappée vers la fiction. Cette lecture, conseillée par Jean-Paul Thibaud, me permet d’esquisser une échappée au quelque peu manichéen couple analyse / projet pour tisser des narrations volontaires entre héritages et fictions pour tout territoire de l’habiter.[1]


L’habiter se fabrique de multiples façons. Voir et dire ces fabriques reste un des enjeux majeurs pour comprendre ce qui fait patrimoine dans les usages, mais aussi dans les capacités d’un lieu à se renouveler[2] tout en gardant ce qui le rend singulier et dont l’ambiance est un catalyseur autant qu’un révélateur.

Le voir et le dire renvoient pour partie à la figure du témoin et de l’avocat où, selon David Lapoujade, philosophe spécialiste du pragmatisme, « percevoir, ce n’est pas simplement appréhender le perçu, c’est vouloir témoigner ou attester de sa valeur. Le témoin n’est jamais neutre ou impartial. Lui incombe la responsabilité de faire voir ce qu’il a eu le privilège de voir, sentir ou penser. Le voilà qui devient créateur. De sujet percevant (voir), il devient sujet créateur (faire voir). Mais c’est parce que, derrière le témoin, se profile un autre personnage, celui de l’avocat. C’est lui qui fait comparaître, qui fait que toute création devient un plaidoyer en faveur des existences qu’elle fait apparaître, ou plutôt comparaître » (Lapoujade, 2017, p. 19). Outre de rendre-compte, cela engage potentiellement à plaider pour ces modes d’existence que David Lapoujade nomme moindres, car n’occupant pas toujours une place légitime au sein de nos sociétés contemporaines. Le voir, c’est parfois aussi juste l’apercevoir qui nécessite d’être attentif à ce qui se fabrique discrètement.  Le dire, c’est parfois aussi le difficilement énonçable, voire l’indicible par une parole que l’on rendrait publique, ou même par l’usage des mots tout simplement. Il faut être attentif, présent et trouver d’autres moyens pour rendre compte de cette part sensible ou trouver des dispositifs pour partager l’expérience.

David Lapoujade, en relisant les travaux du philosophe Étienne Souriau (1943), nous propose de regarder ces types d’existence selon quatre univers :

  • le monde des phénomènes, où l’art d’apparaître et de disparaître. Souriau donne comme exemples un nuage rose dans le ciel, une branche d’arbre remué par le vent, la ligne de crête d’une montagne illuminé par le soleil couchant, etc.
  • le cosmos des choses, ou l’art de se maintenir. Souriau donne comme exemples le triangle équilatéral, une sonate de Schubert, les pyramides d’Égypte, Socrate, un atome, etc.
  • le royaume des fictions, ou l’art de se sustenter. Souriau donne comme exemples des êtres de fiction qui existent par notre sollicitude : Don Quichotte, Swann, etc.
  • la nuée des virtuels, ou l’art d’être inachevées. Souriau donne comme exemple l’arche du pont cassé ou commencé qui dessine virtuellement la retombée qui lui manque.

Il y a dans cette proposition un champ d’exploration relativement inédit pour travailler ce qui fait patrimoine et s’incarne dans des ambiances, mais aussi pour imaginer des devenirs pour les lieux de l’habiter en partant des trajectoires narratives, des usages, des gestes et des configurations spatiales. Cela dessine en creux une perspective très stimulante d’articulation du voir, du dire et aussi du faire, pour qui travaille sur les évolutions d’un lieu, afin de donner un droit à exister à ces existences moindres et à leurs possibles devenirs. On peut alors s’interroger pour chaque situation d’habiter de « par quels gestes instaurateurs les existences parviennent à se poser légitimement ? ». Mais s’il faut repérer ces modes d’existence, paradoxalement, il faut parfois ne pas trop les exposer au risque de les voir disparaitre[3] (Zaoui, 2013).

Construire les temps et les espaces de l’énonciation de ces modes d’existence oblige souvent à se poser des questions de « traduction » pour qui travaille sur les ambiances. Il faut créer les conditions de lecture et de compréhension entre les « langues » et les modes de représentation des différents acteurs, des différentes disciplines. On peut tenter pour cela de mettre en place des dispositifs qui sont, comme le dit Paul Ricœur (2004), accueillants au langage de l’autre, offrir une « hospitalité langagière », et arranger la matière pour pouvoir la passer, la faire dialoguer avec d’autres matières. Ce rôle de tiers se doit d’être un désir et non une obligation, nous dit encore Ricœur, afin de travailler à « l’élargissement de sa propre langue ». On en appelle alors souvent au récit et parfois à la fiction, sous de multiples formes et formats qui ont tout pouvoir d’énonciation et de partage : texte, film, photo, son, performance, installation, etc., mais aussi reconduction d’expérience[4].

Habiter tisse en chaque lieu un patrimoine d’usages qui se détecte dans les formes de présences, de gestes, de récits, de continuités, d’évolutions, mais aussi de disparitions. Ce patrimoine se lit aussi au quotidien, par des temps récursifs et cycliques, dans des temporalités imbriquées. Il se lit encore au travers des traces, des signes et des stigmates, tant physiques que mémoriels, qui comme des strates composent notre perception de toute situation, dessinent des héritages et ouvrent à des fictions. Prendre soin de ces héritages et les ouvrir à des suites possibles, c’est se dégager des enjeux uniquement programmatiques pour travailler des relations de dialogue entre ces trois modes, du voir, du dire et du faire, qui tous, relèvent de la chose publique autant qu’ils agissent dessus avec leurs propres dimensions performatives. « Chose publique » que l’on entendra ici non comme une chose définie une fois pour toutes, « mais comme une composition, théâtre de l’action autant que comme société » (Joseph, 1998, p. 6). Il s’agit, à toutes les échelles de l’habiter, d’accepter et de mettre en dialogue les matériaux de cette chose publique qui, par nature, est constituée d’une pluralité de points de vue, comme autant de perspectives engagées, comme autant de fictions sur le réel, ouvrant à des récits publics et collectifs. Ces histoires, dont les formes sont elles aussi plurielles, sont autant celles que l’on se raconte individuellement, que celles plus collectives que le temps a rendues publiques et pour partie fictionnalisées. On rejoint volontiers ici les propositions de l’écrivain Camille de Toledo (2016) qui plaide, avec d’autres, pour élaborer collectivement une pensée des temps ouverts, des temps potentiels pour lutter contre une réalité de la finitude et de la mélancolie. Un principe d’expansion à toute chose et à toutes les échelles en cherchant les modes d’existence déjà à l’œuvre, potentiellement, dans notre présent pour en faire des fictions de droit. Pour Camille de Toledo (2016, p. 238),

Les fictions, au XXIe siècle, ne sont plus des adjonctions au réel. Les multiples strates de fiction sont, aussi sûrement que les strates géologiques d’une falaise forment la falaise, ce qui compose le “réel”. Il n’y a pas de réel face ou à côté d’un fictionnel. Nous oscillons entre des fictions qui nous sédimentent et font de nous des agrégats d’histoires, de croyances, de récits, à l’intérieur desquels nous naissons, nous mourons.

Pour chaque situation architecturale, urbaine ou territoriale étudiée, il y a inévitablement le prélèvement de certaines matières et histoires au détriment d’autres pour faire récits et projets. Ici, l’héritage est à voir d’abord comme un emprunt pour construire une filiation, un prolongement, une fiction où cette dernière n’est pas tant construite sur ce dont on hérite (passivement) que sur ce que l’on se choisit comme héritage (volontairement). Il s’agit de construire patiemment et méthodiquement des fils narratifs d’une situation donnée. Des fils qui tissent une lecture singulière et populaire, car touchant au quotidien de tous. Des fils rétro-prospectifs qui, comme des strates, composent notre perception, dessinent des héritages et ouvrent à des fictions de droit[5]. Des fils qui tissent un palimpseste d’ambiances pour tout lieu habité.

Être témoin de ces moindres choses. Être avocat de leurs modes d’existence. Être écrivain de leurs devenirs, voici trois actions, comme autant de missions, qui peuvent changer les regards, engager des pratiques et donner corps à une valeur d’usage autant que de renouvellement pour tout patrimoine discret de l’habiter à qui veut prêter attention à ses ambiances.

Voir aussi le billet “L’affaire de l’aqueduc de la Reine Pédauque” par Nicolas Tixier et Didier Tallagrand, qui incarne et met en discussion les propositions esquissées ici en s’appuyant sur l’exemple d’un projet de rénovation urbaine mené par l’auteur.


[1] Ce billet est pour partie issu de l’article : N. Tixier, « Heritage / Fiction. For a retro-prospective of dwelling-in-ambiances », in D. Masson (dir.), Ambiances, Alloaesthesia, actes du 4e Congrès international ambiances, en ligne, 2020, pp. 290-295.

[2] L’architecte et chercheur Pascal Amphoux, dans un texte non encore publié, propose trois valeurs pour faire patrimoine, une valeur historique, une valeur d’usage et une valeur de renouvellement.

[3] Cf. les travaux de Pierre Zaoui sur la discrétion, où « l’expérience d’un temps modeste qui se suffit à lui-même », où « l’on glisse subrepticement des êtres et des choses vers les relations qu’ils produisent » et où « s’ouvre sous son apparence placide, retirée, apolitique, un rapport nouveau avec la politique ».

[4] On entendra l’idée de « reconduction d’expérience » comme une double opération (avec ou sans protocole) qui consiste tout simplement :

  • à revenir sur un lieu donné, seul ou en y amenant d’autrespersonnes, pour continuer à éprouver quelque chose de ses ambiances.
  • à décrire ou faire décrire à nouveau le lieu (par le texte, la photo, le son, la vidéo, etc.) pour continuer à en énoncer quelque chose de ses ambiances.

Les expériences de reconduction se retrouvent le plus souvent à la croisée des pratiques scientifiques et des pratiques artistiques. Deux exemples emblématiques : l’écrivain Georges Perec et son projet Lieux et le photographe Camilo Vergara et son travail sur le devenir de New York (Tixier, 2017, pp. 273-283).

[5] Le biologiste et urbaniste écossais Patrick Geddes (1854-1932) est sans doute un des premiers à penser le territoire comme cela. Il lit les époques révolues comme celle à venir dans les traces des organisations physiques, sensibles et sociales du présent. Chez Geddes, les tracés qu’ils soient urbains, naturels, sociaux, etc., constituent autant l’histoire d’un lieu et son mode de description que son devenir et son mode de projection (Torres, Chaudier, Tixier, 2016).


Références

De Toledo, Camille, Imhoff, Aliocha, Quirós, Kantuta. Les potentiels du temps. Art et politique. Paris : Manuella Ed., 2016.

Joseph, Isaac, La ville sans qualité, Paris : Éd. de l’Aube, 1998,

Lapoujade, David. Les existences moindres. Paris : Les Éditions de Minuit, 2017.

Ricœur, Paul. Sur la traduction. Paris : Ed. Bayard, 2004.

Souriau, Étienne. Les différents modes d’existence. Paris : PUF, 1943. (Réédition préfacée par Bruno Latour et Isabelle Stengers en 2009 aux PUF)

Tixier, Nicolas. Le quotidien en projets : Parcours, coupes, travellings et autres transects. Habilitation à diriger des recherches, Grenoble : UGA, ENSAG, AAU_Cresson, 2017. ⟨tel-01672065⟩.

Torres Astaburuaga, Adrián, Chaudier, Éva, Tixier, Nicolas. « Mémoire du futur, from old roots to new shoots. Patrick Geddes in India (1914-1924) ». In Espaces et sociétés, n°167, 2016, pp. 99-120.

Zaoui, Pierre. La discrétion. Ou l’art de disparaître. Paris : Ed. Autrement, 2013.