L’effarouchement des flamants roses

Prise de son : Nicolas Tixier
Retranscription : Cédric Pichat
Photographie : Mélanie Agustee

Mercredi 17 mars 2021, 18h30
Visite des rizières par Nicolas Crozat, riziculteur en Camargue

Domaine : Le Mas de Guinot Le Sambuc Route de Guinot 13200 Arles
Coordonnées GPS : 43.55851672549501, 4.664289098144154

Intervenants :
NC: Nicolas Crozat, riziculteur
E1: Enquêteur 1 
E2: Enquêteur 2
E3: Enquêteur 3
E4: Enquêteur 4
E5: Enquêteur 5
E?: Enquêteur indéfini

Retranscription :

(E1) – Et les oiseaux, on les voit souvent fréquenter beaucoup les rizières mais c’est des alliés ou c’est plutôt des… emmerdeurs ?!

(NC) – Alors euuuh non c’est pas… notre ennemi numéro un c’est le flamant rose.

(E?) – Oooh.

(E1) – Mais pourquoi, il n’y a pas d’Artémia salina.

(NC) – Alors les flamants roses, ils viennent parce qu’ils sont attirés par l’eau déjà.

(E1) – Par la surface d’eau juste.

(NC) – Juste la surface d’eau, parce qu’il y a un phénomène qui est assez rigolo, dès que le riz sort et que l’eau devient verte, avec la plante du riz, ils viennent plus.

(E1) – Oui.

(NC) – Donc c’est vraiment l’effet miroir qui les attire.

(E1) – Ouais.

(NC) – Et ils viennent manger. Donc ils mangent des petits planctons qu’il y a quand même dans la parcelle, ce n’est pas les Artémias mais ça reste… euh… y a quand même de la vie hein… donc ils se nourrissent de ça et puis ils mangent un peu du riz aussi.

(E1) – Ouais ok… pour digérer.

(NC) – Mais… euh… ce n’est pas tellement le fait qu’ils mangent le riz, c’est le fait qu’ils viennent…

(E1) – Ils saccagent.

(NC) – … ils piétinent, pour faire remonter la vase, pour trier, et donc le flamant rose… et en espace de dix minutes, il peut nous saccager trois hectares de culture.

(E2) – C’est tout le travail de nivellement qui est foutu en l’air par le flamant rose.

(NC) – Ce n’est pas le travail de nivellement. C’est que le riz, en fait, quand on le sème…

(E3) – Il va trop l’enfoncer quoi.

(NC) – Il est posé… comme il tombe dans l’eau…

(E1) – Il désordonne… les plants…

(NC) – … il est posé sur la parcelle et le flamant rose, lui, vient l’enterrer… et le riz ne sort jamais. Il se retrouve ça sous terre, et là c’est fini, il sort plus. Donc on n’a pas de levée, on a des énormes trous. Donc pour le flamant rose, la solution qu’on a trouvée, c’est… euh… les canons à gaz. Donc j’en ai là-haut, là. Pour des canons qui pètent toutes les trois quatre minutes… pour les effaroucher.

(E?) – Comme pour les corneilles.

(NC) – Mais, ils sont habitués…

(E1) – Ça, c’est un héritage des boites de nuit ça !

(NC) – Donc… non non, ça c’est…

(E?) – Oui sur le matin…

(NC) – Moi j’y ai pensé.

(E3) – Non mais tu n’as pas vu la boule à facettes…

(E1) – La boule à facettes ah ah ah !

(NC) – Je vais mettre un laser. Non mais c’est vrai, parce que les lasers puissants ça les fait partir, ils aiment pas trop.

(E3) – Mais attends, le truc-là qui fait du bruit c’est tout le temps…

(NC) – Alors là vous avez une période euh…

(E3) – … ou y a un détecteur de présence… et ça fait baoum !

(NC) – Non, non vous avez une période du premier mai, on va dire jusqu’à fin juin… donc jusqu’à début juin, donc la période de semis là…

(E1) – Ça fait du bazooka tout le temps.

(NC) – La Camargue, c’est la rave-party hein. À partir de neuf heures le soir c’est bam bam bam !!

(E?) – Et on n’a pas trouvé un chant d’oiseau comme dans les…

(NC) – Il a peur de rien le flamant, il n’a pas de prédateurs.

(E?) – … comme dans les aéroports.

(NC) – Non parce que c’est un prédateur, des pigeons qui… on imite le son du faucon ou on utilise des ultrasons. Là c’est tellement vaste déjà que les ultrasons, c’est même pas la peine. Et il a pas de prédateurs naturels. C’est très compliqué. Donc il y a les canons… euh… je mets des gyrophares… (discussion non audible autour). Donc je mets chaque parcelle, chaque parcelle il y a un gyrophare à LED qui clignote. Alors j’ai des gyrophares à LED, je peux gérer les programmes. Donc il y en a certains que je fais tourner, d’autres que je fais clignoter, pour vraiment qu’ils ne soient pas habitués au truc. Et donc là je vais faire certainement mettre un laser aussi. Un laser avec un effet… euh plafond, qui va venir balayer mes parcelles. C’est… voilà.

(E3) – Et attends, mais il sert à quoi le laser, ça gène la lumière en fait ?

(E1) – Mais ils ont peur, c’est de l’effarement.

(NC) – Le laser, avec un tout petit peu de brouillard, il va créer un plafond vert en fait.

(E?) – C’est plus boite de nuit, c’est carrément l’effet… cinéma.

(E4) – Ah bah si dans les boites de nuit, il y a du brouillard au sol dès fois !

(NC) – Et on fait aussi, donc, régulièrement des tournées la nuit… euh pour venir voir nos parcelles et surveiller. Voilà. Et l’année dernière donc, j’ai créé un groupe Whatsapp, avec pas mal de riziculteurs dans le coin. Parce ce qu’au début on ne le faisait pas, c’était chacun pour soi et dieu pour tous, et là en fait bah j’ai créé ce groupe en espérant que si jamais on a des flamants dans notre secteur, on envoie un petit message, on dit « y a des flamants dans tel secteur », et les riziculteurs qui sont dans le secteur, bon ben ils se lèvent et puis ils vont… ils vont effaroucher quoi. Parce que ça fait vraiment des gros gros gros gros gros dégâts.

(E?) – Ça fait des dégâts uniquement quand il est en germination, une fois qu’il a germé… ?

(NC) – Non mais il sort plus, il sort plus le riz.

(E1) – Parce que c’est vert après.

(NC) – Il sort plus.

(E?) – Et vous n’avez pas de sangliers, des choses comme ça ?

(NC) – Si si si on a des sangliers aussi.

(E?) – Et eux c’est moins… c’est moins pénible ?

(E3) – Vous n’avez pas des trucs avec… des cornes, comme des taureaux ?

(NC) – Les sangliers, c’est pénible, mais pas la même période. Les sangliers, ils viennent plus tard dans le riz, ils viennent quand le riz est monté et déjà en épis.

(E1) – Ouais.

(NC) – Et eux ils font les dégâts que l’on connaît des sangliers. C’est-à-dire ils passent, ils traversent, ils labourent tout sur leur passage.

(E1) – Et du coup c’est de la négociation bien comprise avec euh… pardon.

(NC) – Alors moi les sangliers j’ai mis… euh on n’ira pas la voir, j’ai mis une clôture électrique… euh j’ai repéré les passages et j’ai mis une clôture électrique sur… euh… sur toute ma longueur, là, donc sur à peu près un kilomètre et demi. Voilà. Ça les freine un petit peu mais il y en a quand même qui passe.

(E?) – Il faut le loup en fait hein.

(NC) – Comment ?

(E?) – Il faudrait du loup. Pour faire peur au flamant.

(E3) – Un alligator

(NC) – Les loups, je ne suis même pas sûr. Parce que je suis pas sûr qu’un loup, il aime bien nager.

(E3) – Un alligator

(E?) – Un alligator ?

(E?) – Ah oui, des alligators ça peut bouffer les flamants.

(E3) – On peut vous ramener ça de Louisiane la prochaine fois !

(E1) – Je sais qu’il y a un original qui couple sa riziculture d’un élevage de canards.

(NC) – Oui, en bio oui.

(E1) – Ouais, alors euh… c’est quoi le principe qu’il essaie de promouvoir là ?

(NC) – Alors c’est pour désherber.

(E1) – Donc le canard désherbe.

(NC) – Voilà, le canard va venir désherber certaines… certaines euh… cultures…  certaines mauvaises herbes en fait. Ça lui permet de faire plusieurs années de riz consécutifs. Parce qu’en bio on est limité à une à deux années, pas plus, après l’enherbement est tel qu’on peut plus faire du riz.

(E1) – Oui donc…

(NC) – Comme on n’a pas le droit de désherber chimiquement.

(E1) – Ouais.

(NC) – Donc euh… c’est de la rotation. Donc lui il a trouvé une solution pour essayer de faire trois quatre cinq six ans de riz…

(E1) – Ah ouais d’accord.

(NC) – … avec les canards, mais par contre c’est une toute petite exploitation…

(E1) – Oui.

(NC) – … parce que lui je crois qu’il a…

(E1) – C’est vraiment une certaine variété de canard… chinois je ne sais pas quoi.

(NC) – … une dizaine, une vingtaine d’hectares en bio. Et c’est des milliers de canards hein qu’il faut gérer. Des milliers de canards ouais.

(E5) – Y a, y a … ça vient du Vietnam, il y a un très joli reportage sur « Arte.tv » en ce moment, sur les exploitants de canard au Vietnam qui ont… des des…

(2 discussions en parallèle commencent)

(E1) – Et après il fait des rillettes quoi… qu’est-ce qu’il peut faire de…

(NC) – Après c’est du… non oui ça part à l’abattoir.

(1ère discussion)

(E5) – … qui arrivent avec des milliers de canards qu’ils transportent dans des immeubles à canards quoi, c’est incroyable.

(E4) – Pour les rizières ?

(E5) – Pour les rizières, spécialisés dans les rizières.

(E4) – D’ailleurs pendant la seconde guerre mondiale, c’est les Vietnamiens qui ont planté le riz ici, parce que les hommes étaient à la guerre… pendant le 1ère guerre mondiale pardon… (pas audible)… oui c’est ça, c’est des réfugiés…  ouais c’est ça…

(E5) – C’est ça.

(E4) – Et qui ont ramené une culture un peu disparue… (pas audible)

(2ème discussion)

(E3) – Et en Louisiane ils font des rotations avec leur riz mais avec les écrevisses. Ils font l’élevage d’écrevisses… en fait, ils mettent…

(E1) – Aaah.

(E3) – En fait euh…  quand ils ont récolté le riz, ils laissent en eau, ils assèchent pas tout de suite parce qu’ils vont utiliser une autre terre, et dans cette… ou ils assécheront plus tard, mais en tout cas, là, ils mettent les écrevisses. Alors je ne sais pas comment ils font pour qu’elles ne s’en aillent pas, ça je n’ai pas compris… euh et en fait elles mangent les restes du riz, elles mangent les restes, et après ils ressortent les écrevisses, ils les vendent, enfin elles se reproduisent et ils les vendent, et ils replantent le riz…

(NC) – D’accord.

(E3) – C’est le… ça marche en binôme.

(E?) – Il faut se mettre au bongo derrière.

(E1)- Ouais mais bon les écrevisses… « boils », si tu les fais bouillir avec du maïs…

(E3) – Aller…

(NC) – On va avancer un peu si vous voulez qu’on voie des parcelles.

(E1) – Ouais.

(E4) – Comment vous les effrayez les flamants roses la nuit ?

(NC) – Et bah je vous ai dit… les canons…

(E4) – Non mais non non, mais quand vous faites les troupes, quand vous faites euh… les tours là.

(E?) – Les milices anti…

(NC) – Ah non mais là, après quand on fait les tours, c’est voir s’ils sont situés. Donc on a des euh… des pistolets…

(E4) – Ah voilà.

(NC) – Pour effaroucher, on a le parc de… le syndicat des riziculteurs qui nous fournit aussi des cartouches, à blanc, voilà, pour faire du bruit… y a que le bruit oui. Après ça va être le klaxonne euh… ils craignent quand même la présence hein, donc juste de voir arriver la voiture, les phares tout ça, euh… ça les fait partir.

(E1) – Et ça c’est des trucs qui… c’est des choses bien comprises dans la gestion du parc ?

(plusieurs discussions inaudibles)

(NC) – De toute façon on ne fait rien de mal, l’effarouchement… le parc est plutôt d’accord avec ça parce que lui ce qu’il veut éviter, c’est que, on tue les flamants roses.

(E1) – Bien sûr

(NC) – Parce qu’y a certains… ça pose tellement de dégâts qu’y a certains…  riziculteurs qui sont prêts à… qui sont prêts à tuer même avec la grosse amende salée, qui sont prêts à les tuer. Donc le parc nous… le parc de Camargue nous encourage à effaroucher plutôt qu’à essayer de…


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.