Impressions de Camargue [3] —L’eau de toutes parts

Dans le cadre de la préparation d’un voyage d’étude collectif en Louisiane qui s’intéressera à la sensibilité à l’environnement en contexte de disparition du sol, Jean-Paul Thibaud nous livre une série de libres impressions sur la Camargue, autre territoire qui s’enfonce inexorablement dans la mer. Dans ce troisième billet, il évoque comment, dans ces paysages troubles, le sol suinte de toute part et complique toute distinction hâtive entre fluide et solide, entre terre et eau, ou entre immobilité et mouvement.

Photo : Jean-Paul Thibaud 2020

L’eau de toutes parts. Et l’eau toujours. Ici et là. Omniprésence de l’eau. Grande surface d’une mer toute proche. En plan. À plat. Mais aussi ruisseaux qui y mènent, larges ou étroits. Petits filets ou amples canaux qui traversent les terres et conduisent à la mer. Qui se longent parfois dans un semblant de stabilité ou dans un flux tranquille.

Photo : Jean-Paul Thibaud 2020

Forme apaisée de l’écoulement. Où se tracent des lignes d’eau coupant la terre et délimitant des bords. Directions données qui invitent à aller voir plus loin et à se laisser accompagner par un flot silencieux. Paix immobile d’une eau ruisselant à peine qui tient compagnie dans cette balade insouciante. Et puis par ailleurs, à proximité, une autre présence fait surface. Eau à peine émergente s’efforçant de sourdre, de percer du paysage terrestre. Exfiltration. Indétermination de l’eau et de la terre. Enveloppe aquaterrestre qui rend indécidable la surface de matière.

Photo : Jean-Paul Thibaud 2020

Forme nuancée de l’affleurement. Réversibilité des éléments. Mélange des textures et des consistances. Eau exterrée ou terre inondée. Swamp. Marais. Étang. Humidité des terres. Sentiment de fragilité d’une fine couche peu profonde qui invite à une attention prudente et respectueuse. Comme si un simple pas pouvait détruire cet équilibre instable et précaire. Comme si cette mince pellicule rendait caduques nos formes humaines de présence et d’action. Impossibilité de marcher. Incapacité de nager. Découverte d’un milieu trouble et confondu, inquiétant des manières habituelles d’être sur terre. Et le regard qui s’arrête, se fixe vers cet appel de teintes vives.

Couleurs éclatantes de la vie. Tableau de coloris surprenants comme venus d’ailleurs. Posés là. Surfaces horizontales éclatantes de teintes inattendues qui se détachent du paysage et révèlent la vitalité d’un milieu bien vivant. Bienveillant. Fine couche d’une terre nourrie faisant signe. D’une eau accueillante se laissant recouvrir d’un voile végétal. Mariage émouvant de la terre et de l’eau. Captation de l’œil s’étonnant de telles tonalités dans un tableau à dominante de bleu et de gris, de jaune et de blanc. Ici prégnance soudaine d’un vert d’eau ? Puissance remarquable d’un vieux rose ? La terre vit bel et bien. Nous fait signe. Se montre et se dévoile. Respire, elle aussi.

Photo : Jean-Paul Thibaud 2020

Autres billets dans cette série :

Impressions de Camargue [1] – Au grand air

Impressions de Camargue [2] – Chemins de nulle part

Impressions de Camargue [4] — Peuplements d’un milieu ambiant

Impressions de Camargue [5] – Sensibilité à demi-mot


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.