Impressions de Camargue [2] – Chemins de nulle part

Dans le cadre de la préparation d’un voyage d’étude collectif en Louisiane qui s’intéressera à la sensibilité à l’environnement en contexte de disparition du sol, Jean-Paul Thibaud nous livre une série de libres impressions sur la Camargue, autre territoire qui s’enfonce inexorablement dans la mer. Dans ce second billet, il nous parle de chemins le long desquels, tel un film, défile le paysage.

Chemins de nulle part. En les parcourant à pied ou à vélo. Paysage qui défile à un rythme lent au gré des chemins de terre et des sentiers battus, des pistes de sable. Chemins improbables dont on ne sait où ils mènent, et s’ils mènent d’ailleurs quelque part. Sans doute le savent parfaitement les habitants.

Photo : Jean-Paul Thibaud 2020

Lignes de fuite. Quand un point vient fixer le regard, au loin. Quand des directions se rencontrent à l’horizon. Marcher à n’en plus finir d’un espace sans mesure. Lignes droites. Toutes droites. Avec l’eau de part et d’autre, en accompagnement d’un pas après l’autre. Ou d’une roue qui continue de tourner. Encore et encore. Longueur infinie se déroulant en cycles circulaires ou en foulées alternées.

Photo : Jean-Paul Thibaud 2020

Défilement imperceptible. Traversée au ralenti. Buissons qui tiennent lieu de compagnies et tracent la route à suivre. Guide silencieux d’une végétation minimale. Bordures herbes et broussailles. Avancée dans un univers immobile. À peine sensible au souffle du vent et au frémissement de l’herbe. Si loin du monde. Corps en mouvement et paysage au repos. Où l’immensité du ciel et l’infinité du chemin rencontrent le gravier sous les pieds et la poussière à peine déplacée.

Photo : Jean-Paul Thibaud 2020

Et le sol se transforme, change d’allure et de texture. Matières différentes. Meuble parfois, tassé autrement, gravillon encore, boue occasionnelle. Couleurs modulées, d’un jaune ambre à un gris basalte. Sable qui revient et ponctue le voyage. Ralentissement. Séquence ensablée. Enfoncée dans un sol mouvant faisant trace et absorbant le son de pas. Lourdeur du corps. Ensablement. Douceur des sons. Puis nouveau départ avec un sol bienveillant. Tonicité retrouvée.

Effort modulé. Résistance accrue le temps d’un passage. Marche contrariée ou descente de vélo. De l’avant malgré tout. Variation d’allures d’un corps plus ou moins soutenu, empêché, enfoncé.


Autres billets dans cette série :

Impressions de Camargue [1] – Au grand air

Impressions de Camargue [3] —L’eau de toutes parts

Impressions de Camargue [4] — Peuplements d’un milieu ambiant

Impressions de Camargue [5] – Sensibilité à demi-mot


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.