Impressions de Camargue [1] – Au grand air

Dans le cadre de la préparation d’un voyage d’étude collectif en Louisiane qui s’intéressera à la sensibilité à l’environnement en contexte de disparition du sol, Jean-Paul Thibaud nous livre le premier billet d’une série de libres impressions sur la Camargue, autre territoire qui s’enfonce inexorablement dans la mer. Dans ce premier billet, une balade aux Saintes-Maries-de-la-Mer sous un ciel d’automne 2020 se transforme en une expérience enchantée d’un monde de plénitude.

Photo : Jean-Paul Thibaud, 2020

Au grand air. De l’air, de l’air à perte de vue, à respirer à plein poumon, à effleurer la peau d’un souffle frais. Quand un ciel immense s’ouvre à tout jamais, où des nuages lointains cotonnent dans une légèreté suspendue. Espace. Vaste sentiment d’un espace infini donnant la mesure de la Terre et du Ciel. Là où la mer rencontre le ciel et où le ciel salue la terre.

Photo : Jean-Paul Thibaud, 2020

Percepts surfaciques. Grands plans s’étendant de toutes parts et composant une ligne d’horizon délimitant le haut et le bas, l’ancrage au sol et l’envol aérien. Horizontal. Surface plane sans accroche ou repère, sans direction ou orientation. Espace lisse découvert au gré du vent. Ouvert à tout va. Corps exposé à la fraîcheur d’automne, au souffle ténu du vent, à la luminosité éblouissante du soleil, aux chants d’oiseaux en vol. Air encore. Partout. Tout autour. A plein poumon. Souffle du vent dans les oreilles et chants d’oiseaux par intermittence. Immensité d’un monde ici-bas, ciel incommensurable tout autant.

Photo : Jean-Paul Thibaud, 2020

Sentiment océanique. Quand l’univers tout entier est ici, dans ce point singulier de l’espace et du temps. Et le soleil aussi, quand il fait son apparition et éblouit la mer de son éclat. Trouée d’une folle luminosité composée de mille scintillements dorés faisant signe en silence dans cette étendue élémentaire. Ou bien simple reflet passager qui transforme la mer en un formidable miroir des aventures nuageuses. Ouverture à une sensibilité des éléments et des immensités, des respirations profondes et des visions lointaines, des vibrations atmosphériques et des sonorités imperceptibles. 


Autres billets dans cette série :

Impressions de Camargue [2] – Chemins de nulle part

Impressions de Camargue [3] —L’eau de toutes parts

Impressions de Camargue [4] — Peuplements d’un milieu ambiant

Impressions de Camargue [5] – Sensibilité à demi-mot


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.